Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 11:27
Le chat est très surfait.
 
Le chat est même une imposture et nous allons démontrer pourquoi. Dans le règne animal, qui n'en a plus pour longtemps, il louvoie entre le sous-embranchement des vertébrés et l'ordre des carnivores auxquels il appartient bien qu'il vous emmerde pour avoir ses croquettes aux légumes dès potron-minet. Ou bien dès 18h pétantes, selon que vous l'aurez habitué à l'un ou à l'autre.

  Le chat est une variante animale de l'artichaut. Ce point est contesté par les scientifiques qui n'en ont pas à la maison, et absolument indiscutable pour les autres qui passent le balai chez eux quotidiennement en maudissant l'incontinence pileuse de leur compagnon quadrupède. Prêt aux pires basseses pour s'attacher notre présence, le sphynx n'a pas, ou peu de poils, en contrepartie il est terriblement moche.

  Digitigrade prédateur crépusculaire dans notre dos, on le verra le plus souvent comme un inutile parasite du genou tout juste bon à dégrader la tapisserie.

  Nombre d'imbéciles se sont extasiés devant sa souplesse, due en partie à la quasi-absence de ligaments entre ses vertèbres. Cette aptitude lui confère le singulier
pouvoir de s'enroûler, comme le ferait le dernier des serpents, autour de la jambe de celui qui se dit son maître.

  D'après wikipédia, le chat possède deux oreilles juchées sur une tête pourvue de plusieurs autres trous, ou cavités, remplies de choses et d'autres. Comme nous l'avons vu, il est digitigrade et n'hésite donc pas à marcher sur ses doigts, c'est d'ailleurs ce qui fait sa fierté. A l'autre bout de sa tête, le corps du chat peine à finir: il se prolonge. Ce prolongement s'appelle la queue. La queue du chat joue un rôle primordial dans son équilibre. Moins que chez l'homme, mais quand même.

  Revenons à cette histoire d'équilibre. On raconte que le greffier dans sa chute opère un vif retournement de sa tête en direction du sol, entraînant par là ses pattes avant, puis ses pattes arrières, mouvement à l'origine de cette légendaire aptitude féline antigravitationnelle. Là encore l'expérience est moins flatteuse. Si la hauteur n'est pas assez importante, le chat n'a pas le temps d'executer sa gymnastique: il choit alors avec autant de style qu'un nourrisson lâché par maladresse (ou sadisme). Il percute le sol de son nez et offre au regard ventre et parties. Si, en revanche la hauteur est trop conséquente, il retombe certes sur ses pattes, mais cesse aussitôt de vivre dans un sinistre craquement de cagette qu'on écrase.

  On dit qu'il voit la nuit, c'est entièrement faux. Faîtes l'obscurité totale et demandez à votre chat combien de doigts vous avez. Il restera interdit dans l'attitude stupide du félin fuligineux, car la nuit tous les chats sont gris.

  Il miaule, le plus souvent pour faire chier. Parfois il ronronne, mais c'est uniquement parce qu'il ne peut pas rugir. La hon-teuh. Là encore, beaucoup de légendes entourent ce ronronement, antalgique ou bien carrement curatif, en tous cas, c'est vrai, c'est mignon: on dirait qu'il rote en continue. La prétendue fierté du chat en prend un coup.

  Les Egyptiens momiefiaient leurs chats, mais il se peut également qu'ils en fîssent des nems, on ne sait pas exactement; par contre, sa possession comme animal de compagnie était fort répandue chez les Romains aisés, qui s'identifiaient bien à sa lascivité.

  Le chat de Shrödinger n'a malheureusement pas trouvé sa place dans cet article. C'est qu'on l'aura oublié dans sa boîte, où l'on ne sait toujours pas s'il est vivant ou mort. Ha oui, c'est vrai, il est à la fois vivant et mort. Quel con ce Shrödinger!

  De nos jours le chat doit sa postérité principalement aux sorcières et aux écrivains. Deux métiers qui font commerce avec le diable, sauf Jean Louis Fournier qui a une écriture si douce et naîve qu'il ne pourrait faire une chose pareille. Mais le chat est un véritable usurpateur. Nous connaissons le chat d'Allan Poe, de Hugo ou ceux de Colette. Jamais un chat n'a mérité de lui-même sa célébrité. Tous des usurpateurs! Et le mien m'a encore piqué mon fauteuil!

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius - dans rerum natura
commenter cet article

commentaires

Catherine et Laurent 03/02/2011 14:04


Catherine et Laurent sont heureux de t’annoncer que ton adhésion à notre communauté « Les chroniques de la meute » vient d’être validée.

Dès à présent, tu as la possibilité de publier des articles au sein de cette communauté.

A bientôt.


miouste 31/01/2010 09:49


en tous cas, Shrödinger est moins con que Breton ! (hi hi)


ignatius 31/01/2010 11:43


oui, voilà une belle mise en boîte.


Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux