Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 08:40



  Il est des patronymes qui semblent déterminer le cours d'une existence.


  J'ai eu affaire avec un dentiste du nom de Douceur qui au lieu de la soigner me détruisit violemment une pré-molaire. Cela dit, il s'exécuta avec le sourire, m'anesthésiant de blagues et commentaires diversement teintés d'ironie. Plus jeune, j'avais alors une dentition sans faille, le destin m'octroya comme professeur de français une certaine madame Conte, qui ne commit en ma présence jamais d'autre erreur que celle, un jour qu'elle était mal réveillée, de confondre chameau et dromadaire. Un Goncourt peut se rater pour si peu, une année scolaire, non. Grâce à elle nous nous familiarisâmes avec Queneau, Baudelaire, la guerre de Troie et nombre de figures de style dont le goût ne m'a plus quitté depuis. Ce fut l'une des meilleures enseignantes qui eût jamais à subir ma présence dans sa classe.


  On voit comme un nom de famille influence diversement ceux qui le portent.


  Ainsi Fernando Pessoa, dont on peut traduire le patronyme par "personne", n'eut certainement jamais l'ambition de devenir quelqu'un. Sinon comment expliquer qu'il se choisît plus de soixante-dix hétéronymes dans sa vie d'écrivain-essayiste-poète-romancier-philosophe-critique? Il aurait rédigé la plupart des blagues Carambar sous le pseudonyme de Toto. Il vécut en bourreau de travail, et, après sa mort on découvrit une malle secrète gorgée de près de trente-mille textes inédits. Si Victor Hugo le carriériste se voyait en "Châteaubriand ou rien", Pessoa le besogneux, le génie schizoïde, avait trop à dire et à écrire pour se préoccuper sérieusement de sa notoriété. La renommée et le rayonnement intellectuel de son pays le hantait plus sûrement; peut-être a-til voulu inséminer soixante-dix auteurs majeurs au panthéon littéraire de sa nation.


  Précisons que le petit Fernando naquit au Portugal, ce qui pousse à l'humilité, il faut bien l'avouer.


  "Être poète n'est pas une ambition que j'aie, c'est ma manière à moi d'être seul", écrivit-il dans les "Le gardeur de troupeaux". Il ne fut cependant jamais seul. Alvaro De Campos, Ricardo Reis, Alberto Cairo, Alexander Search, tous ses doubles avaient leur nature propre, et leur raison d'être, psychologique; chacun a un style différent de l'autre. Pessoa n'avait rarement qu'un avis, et souvent fluctuant: la si puissante vigueur de sa pensée ne se pouvait contenir dans un seul homme. Il a l'intransigeance de Nietzsche, la rigueur de Kant, mais aspire pour lui-même à une sorte de vacuité toute bouddhique, qu'il appelle d'un lyrisme froid et pudique.


  Dans le "Banquier Anarchiste", il déroule sa brillante oxymore sur cent pages, dans le plus pur style des sophistes grecs, et l'on découvre l'articulation d'une reflexion libre, aux retournements fréquents, grisante, subtile et riche en saveurs comme un Porto 1944.


  Rien de ce qui touche au domaine de l'esprit ne désinteressait Pessoa. Il avait un avis sur tout, de la conduite politique de sa patrie, pour laquelle il souhaite, et l'histoire l'aura écouté, un gouvernement militaire, jusqu'à la date astrologiquement la plus favorable pour rencontrer Aleister Crowley, le mage anglais qui était son ami, bien que Pessoa se défendît d'en posséder, "étant à l'abri de toute forme d'intimité".


  On fait tout un plat des "Mémoires d'outre tombe", il se trouve de fameuses agapes fort goûteuses et nourrissantes dans le "livre de l'Intranquilité", son "autobiographie sans évènements".


 Fernando Pessoa vint au monde un 13 juin. Il écrivit un jour:"[...]j'entends passer le vent... et je trouve que rien que pour entendre passer le vent, il vaut la peine d'être né". Nous devons donc une fière chandelle au vent.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

el duende 20/03/2011 12:20


Un très bel article pour évoquer la figure d'un écrivain hors norme...
Je n'ai lu que le "livre de l'intranquillité" et j'y reviens constamment car c'est une mine... Plein de choses m'épatent chez lui : son point de vue marginal, extérieur donc libre... On a
l'impression qu'il vit dans une bulle pour se protéger du monde extérieur et donc qu'en contrepartie son monde intérieur s'est développé, ses rêves ont pris la place de sa non vie... Il s'est bâtit
son propre espace vital intérieur... comme un abri antiatomique :-)).
Son raisonnement est à la fois sous-tendu par une logique implacable, exprimée de façon volontairement détachée. Il dévide des idées très profondes sous un aspect anodin. Avec lui, on pénètre dans
au coeur d'un homme, certes emmuré vivant, mais dont la richesse intérieure est inouïe !
Car c'est aussi et surtout un poète...


ignatius 20/03/2011 13:56



Arrggg ma réponse est pas passée!!!!


Je te disais: oui Pessoa est un génie, dont la lecture m'a beaucoup marqué. J'aime tout de lui, son attitude artistique, son désintérêt pour la gloire, sa poésie, son intelligence sophistique et
implacable. C'est l'artiste protéiforme par excellence. Tous les courants sont sensibles à travers lui, c'est un arbre immense.


ah oui, je te disais aussi que le premier texte que j'ai lu de lui était "ultimatum", un pamphlet contre son siècle après lequel il ne reste rien, il se mue en Attila et après sa lecture, le vide
nous caresse. C'est effrayant et voluptueux...



miouste 16/06/2010 18:55


super people, ce Pessoa. Je me rejouis d'autant plus de son existence pour cette chronique !!!


ignatius 17/06/2010 01:11



oui, un aréopage people à lui tout seul. merci de ton commentaire.



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux