Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 11:43


  Chacun le sait, quand on a pas d'inspiration, on va la puiser là où l'on peut. Le mieux étant de fossoyer la mémoire d'un talent si possible inconnu, afin que le stratagème ne soit pas trop évident.

  Les Romains, qui manquaient d'inspiration sur à peu près tout excépté pour les conspirations, les châtiments cruels et les citations latines, copièrent sur les Grecs qui avaient eux-mêmes largement pompé les Egyptiens, dont on sait pertinemment qu'ils ne seraient jamais venus à bout des pyramides sans l'aide de la potion magique. Il y aurait peut-être même des pyramides Bosniaques et Ukrainiennes plus anciennes que celle de Saqqara! Et au Japon, une Ziggourat ensevelie sous les flots aurait, elle, près de 8000 ans! Il convient de célébrer le génie Egyptien avec plus de modération.
Comme dirait Georges Frêche: ce peuple ne me semble pas très catholique.

 Bref, ex nihilo nihil, in nihilum posse reverti. Et là aussi, "rien ne vient de rien, ni ne retourne à rien", fait immanquablement penser à la formule de Lavoisier "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme"! Alors, il l'aurait piquée à Horace? Mais Horace s'est lui-même inspiré d'Anaxagore, de 450 ans son ainé!
 
  Les Shadocks, eux, ne se sont jamais cachés de pomper. C'est, je trouve tout à leur honneur.

  Mais je disais, le mieux est encore d'excaver la mémoire d'un génie passé innaperçu, comme celui de ce bon Will Cuppy. Le bougre est né en 1884, et c'est comme lorsque on lit Voltaire pour la première fois: c'est une écriture de Jouvence à comparer avec certains auteurs contemporains atteints de progéria littéraire; si vieux et si moderne! Cela tient du prodige.

  Will Cuppy demande, et répond lui-même à ces questionnements fondamentaux: "Comment reconnaître ses amis des grands singes"; ou s'attèle à la métaphysique et à l'eschatologie dans son "Comment cesser d'exister".

  J'allais donc m'abreuver sans honte de ses hilarantes chroniques animalières, en priant pour que la proximité de son esprit agite dans le mien les connexions mystèrieuses, qui activées en chaîne produisent ce qu'on appelle le rire, procédant de cette étrange alchimie qu'est l'humour.

  Je rassemblais tout d'abord quelques oiseaux à l'expression si amusante: comme la chauve-souris qui grince pour faire plus sinistre, le colibris qui zinzinule sans explication convaincante, le courlis qui turlute -et pas seulement le soir au bois de Vincennes, la pie qui rappelle quand le faucon réclame, alors que le cygne, en nègre blanc, trompette. Je comptais m'arrêter sur la hulotte, car elle pupute et pardonnez-moi, mais ça me fait rire comme un gosse.

  Alors voilà, entouré d'une ménagerie aux pépiements prometteurs, je me dirigeais vers le saint des saints, la chapelle ardante de mon aréopage célèste, bref une simple étagère en bois, mais sur laquelle repose ce que le neo cortex humain (en existe-t-il d'autres?) a produit de plus drôle ou bouleversant selon moi. Et j'ai un jugement littéraire très sûr, sauf en ce qui concerne Alexandres Jardin, que je ne saurais juger vu qu'on parlait de littérature.

  Je lance donc ma main à l'assaut de cet Everest, approximativement à la lettre C, vu que je connais bien mon alphabet. J'y vois les Céline, Cendrars, et je vais pas vous faire toute la liste jusqu'au D, mais point de Cuppy.

  J'ai donc commis ce sacrilège. Le commandement zéro de la Bible. Tu ne prêteras point de livre des auteurs en C, en D, ni en A, pas plus qu'en B, le R, le H et le T n'y faisant pas exception, à l'instar de ceux en K, en M et en L. Pour le S et le F, il y a bien Schopenhauer et Flaubert, mais il est peu probable qu'on te les emprunte. De tous ceux là, prêtes-en seulement un ouvrage, pour une petite journée, et ta part sera retranchée de l'arbre de vie.

  Je suis bien puni. Ignorant totalement si j'ai fauté pour séduire une belle par procuration ou si j'ai cédé à quelque ami jurant ses grands dieux qu'il rendait toujours les livres, je ne peux m'en prendre qu'à moi même, et courir jusque chez un libraire honnête. Par acquis de conscience je n'ai pu resister à la pulsion d'envoyer un sms d'insultes à toutes les belles de mon répertoire, et aux deux ou trois amis qu'il me reste.

  Prêtez votre brosse à dents, vos caleçons (si on vous le demande...), vos prothèses dentaires ou de hanche, ou même votre petite amie -qui reviendra la queue entre les jambes si elle en a profité pour se faire opérer (on ne connait jamais vraiment les gens), mais un LIVRE! Je vous en conjure, les mains jointes (et c'est pas pratique pour taper au clavier), jamais! ne prêtez jamais de livres! C'est le pire qui survient ensuite! C'est un enchaînement de catastrophes diaboliques!...

  Ou alors, regardez sur la bibliothèque en bordel dans l'entrée, peut-être que l'ami en qui vous avez eu suffisamment confiance l'a remis là en pensant bien faire. Je m'en suis aperçu en revenant de chez le libraire avec mon nouvel exemplaire en main.

  Inutile de vous dire que j'ai envoyé un second sms d'insultes.


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

miou 03/02/2010 18:36


hi hi ! très bien celle là ! vivement que quelques heures passent que je puisse la relire, (oui, mon cerveau n'est pas celui d'un poisson rouge...)


ignatius 04/02/2010 10:04


toutes blessent, la derniere tue, relis le avant...


Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux