Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 18:30

 



  Huit heures qu'ils attendaient. La force de râler sur le temps perdu les avait même quitté depuis un moment. Elle lisait, elle relisait Vian, c'était sa manière de prendre soin de son âme d'enfant, lui il jouait à un jeu de foot sur une Playstation, plus ou moins pour les mêmes motifs. Leur chair, leurs envies, leur amour se décomposaient durablement dans la chaleur horrible d'un mois de juin fournaise. La nuit arrivait sur eux comme une locomotive ralentie. Pas un mot depuis près de deux heures. Il venait de marquer un but somptueux, frappe lourde et puissante lâchée de plus de trente mètres. Habituellement il aurait gueulé sa joie, mais là que dalle, son visage restait inexpressif; il faut dire qu'elle n'aimait pas trop ça, elle, qu'il exprimât sa satisfaction trop fort, ça la faisait sursauter, et en plus, là, elle lisait. Le temps, le temps, le temps. Sacré ennemi, le temps.

  -"Tu as faim?

  -"Pas vraiment..."

  Elle tourna une page, et comme le son de la télé était coupé, on entendit que ce bruissement un peu sinistre de la feuille tournée qui venait clore ce premier dialogue entre eux depuis longtemps.

  Lui termina son match, qu'il gagna. Il n'en pouvait plus de jouer.

  -"Bon... qu'est-ce qu'on fait?

  -"On attend".

  Pour eux, cette question avait un sens.

  Leur gros chat bâtard monta sur le canapé, se rapprocha de lui, qui ne réagit pas. L'animal franchit la barrière des genoux et alla poser une patte sur son visage à elle.

  -"Fais pas chier, Soma."

  Le chat redescendit et posa son cul aux pieds du canapé, la tête relevée, ses yeux fixant son maître.

  -"Putain, il a pas eu à bouffer..."

  Il posa la manette sur la table basse, devant lui, et se dirigea vers la cuisine, tantôt suivi, tantôt précédé par son chat.

  Il revint dans le salon, et son cul tomba sur le canapé. Nouveau froissement d'une page comme seule mélodie dans cette pièce, mélodie à laquelle un moustique ajouta son concert en tourbillonnant mollement dans l'air.

  Le chat reparut, se léchant les pattes, puis les babines. Il ne prêta aucune attention au moustique, bien trop haut pour lui.

  -"Tu lui renvoies un texto pour savoir si on l'attend ou non?

  -"J'en ai envoyé quatre déjà. A 23h on considère qu'il viendra pas".

  Mais il n'était que 21h50.

  Il mit la télé, pas trop fort, pour ne pas la déranger. Télé-réalité, télé-réalité, émission littéraire, débat politique, il cessa son zapping en arrivant sur un truc qui traitait des pêcheurs dans une île quelconque du Pacifique, sûrement la Polynésie. Peu importe, il en avait rien à foutre ni des pêcheurs, ni des insulaires, ni même de rien, seule la gueule des poissons et leur danse aquatique nonchalante arrivaient à l'hypnotiser un peu. Pour amplifier cette défonce visuelle, il roula un énorme pétard d'herbe, avec deux fois la dose de ceux qu'il avait faits jusqu'ici.

  -"Tu roules encore un joint?!

  -"Faut croire".

  Elle posa son livre et replia ses jambes sous ses fesses puis inclina son visage sur le côté, paupières fermées.

  Sonnette. Regards, sourires. Il alla à la fenêtre vérifier. C'était bien celui qu'ils attendaient depuis le début d'après-midi: Olive. Interphone, ouverture de porte. Se reconstituer une gueule, pour pas avoir l'air trop défait, ce qui serait humiliant. Elle, elle reprit Vian, dans un sursaut  d'orgueil.

  -"Wa, désolé les amis, j'ai eu que des emmerdes toute la journée, que des mecs qui m'ont fait poireauter des heures. Y font chier tous ces cons à te dire une heure et à toujours être à la bourre!

  -"Ouais, c'est chiant, hein..."

  Olive ne releva pas l'allusion.

  -"Bon, je peux pas rester, j'ai encore du monde à voir, tout le monde m'attend ce soir. Vous voulez comme d'habitude hein?

  -"Oui..."

  Olive mit une main dans l'intérieur de sa basket et sortit plusieurs petits paquets, il en déposa un sur la table basse, à côté des quatre billets de vingt euros qu'il ramassa du même mouvement.

  -"Allez, je vous dis "tchuss" les amis".

  Il raccompagna Olive à la porte. A son retour dans le salon, elle avait ouvert le petit paquet et, avec sa carte de médiathèque, préparait deux traits brunâtres, longs et épais.

  Elle roula une paille dans un petit carré de papier découpé, une facture EDF pas encore réglée, se ficha la paille dans une narine et sniffa la poudre.

  -"PUTAIN! ENFIN! AH C'EST TROP BON!"

  Le plat de ses mains frappèrent ses cuisses et avec un sourire immense elle lui tendit le livre sur lequel restait un trait. C'était "L'écume des jours".

  Il prit le livre avec lenteur, scrutant ce sourire qu'il trouvait vaguement pervers et qui lui faisait un peu mal. Ce sourire lui faisait un peu mal car c'était lui qui lui avait fait goûté la came la première fois. Ce sourire légèrement diabolique et artificiel, il en était responsable et même, il aurait pu lire, entre les lignes de ces lèvres, comme un reproche. C'était dans sa tête, ou alors le reproche était inconscient, mais l'effet était là.

  Lui aussi sniffa.

  Elle ralluma le pétard, tira trois bouffées.

  -"J'en refais?

  -"Merveilleuse idée!"

  Il refit deux traits, plus petits. Aussitôt faits, aussitôt sniffés.

  Musique. "Les têtes raides", "Gino":

  "Elle ne savait pas
qu'elle en tomberait pour Gino
elle ne savait pas
qu'on pouvait crever et revivre à nouveau"

  Il alla s'asseoir à côté d'elle, cuisse à cuisse. Leur corps auparavant moite et trop chaud avait repris une température normalement tiède. Leurs yeux parlaient d'amour, de désir, de bien-être. Il s'embrassèrent comme des amants amoureux depuis cent ans, mais avec la fougue des premiers baisers.

  Le temps était leur ami. Les lampes au sodium accrochées aux bâtiments n'éclairaient que leur bonheur. Le diable dansait dans le salon, avec eux. L'haleine brûlante de la rue entrait toujours par la fenêtre mais ne venait plus se coller à leurs membres.

  -"Oh, je t'ai pas dit! j'ai croisé Sam ce matin, elle a été reçue à sa formation, je suis contente pour elle!

  -"Moi aussi, elle viendra moins souvent se plaindre chez nous, c'est une formation de quoi déjà?

  -"Ben, je sais plus... J'ai jamais vraiment compris, un truc en rapport avec le tourisme.

  -"Cool".

  Elle ondulait lascivement, laissant le bout de ses doigts flirter avec la nuque de son amoureux. Le message était clair. Il l'enlaça et ouvrit ses lèvres, devenues rouge vif, avec sa langue. Puis il relâcha son étreinte, se recula de quelques centimètres, la dévisageant gravement.

  -"Il faudra qu'on arrête un jour.

  -"Oui bien sûr, un jour.

  -"Non, je veux dire, il faut y penser, sérieusement.

  -"On arrêtera pour faire un enfant.

  -"Il faudra avoir stoppé bien avant de faire un enfant.

  -"Tu as raison. Baise-moi".

  Ses doigts fins défirent le bouton de son pantalon, tirèrent sur la braguette, et en sortirent un sexe à moitié éveillé. Elle se pencha sur lui, pupilles brillantes de désir, ouvrit la bouche et y engouffra ce membre qui ne tarda pas à prendre une taille et une consistance plus en accord avec la situation.

  Le diable couvait ce genre de coïts d'un oeil jaune et satisfait. Chaque fois que le plaisir menaçait d'exploser comme un ballon trop gonflé et trop dense, l'ange venait en aspirer la substance, et tout repartait de zéro. Les héroïnomanes baisent comme des damnés, sans espoir de toucher au but, bien que l'orgasme semble là, à portée d'un coup de rein. C'est une baise tantale, maudite, sisyphéenne: toujours le flot échappe, toujours le rocher de l'exultation retombe, et toujours on veut y replonger, toujours on se dit que le rocher n'est pas si énorme, qu'on va arriver à le pousser jusqu'au sommet du 7è ciel. Grâce aux endorphines, le corps ne fatigue pas, mais à cause des endorphines il ne peut pas lâcher non plus. C'est l'esprit qui cède en premier, par lassitude. Les héroïnomanes baisent comme des lesbiennes insensibilisées. Il disent stop quand le sentiment de grotesque finit par s'imposer. Le diable couve ce genre de coïts d'un oeil jaune et satisfait.

  Il se retire du vagin éternellement humide, sa queue vermeille (sûrement, demain elle lui fera mal), le corps imbibé de sueur. Ses yeux gambadent au plafond, longent les fissures et les craquelures qui constellent sa voûte trop connue, c'est un périple immense et minusucule à la fois, un périple qui ne mène à rien, sans autre objet que de faire passer le temps. Comme leurs baises de drogués. Il flotte sur des draps spongieux.

  Elle, elle y croit encore. Elle est couchée sur le ventre, crispée, dure, tendue, ses doigts fichus sur son entre-jambes. Appuyer sur et autour de ce putain de CLITORIS devait bien servir à quelque chose! Elle en devient concave et convexe, sinueuse, sinusoïdale, puis rigor mortis comme trempée dans le béton. Puis s'échappe un souffle. Pas un râle, un souffle. Elle se détend, reprend forme humaine.

  -"J'y arriverai pas!"

  L'opiniâtreté des femmes emportées par le plaisir peut surprendre. Tout le monde savait qu'elle ne jouirait pas: lui, le chat, le plafond, le diable. Pourtant elle avait poussé le bouchon aussi loin que possible, peut-être jusqu'aux frontières de la rupture d'anévrisme. Maintenant ils en étaient là, vidés sans être vidés, dans l'air soufré, ample et pesant de leur nuit hors du temps, arrachée aux enfers. Le diable était assis sur le rebord du lit.

  Il avait refait deux traits, parce que les derniers remontaient à plus de deux heures. Puis un joint.

  ...

  L'un après l'autre allèrent dégobiller.

  Il ralluma sa Playstation, elle reprit "L'écume des jours". Il marqua d'autres buts magnifiques, sans même se forcer à ne pas crier: maintenant il était une machine qui jouait à une autre machine. Le nénuphar croissait dans les poumons de Chloé, jusqu'à se ramifier dans tout son être et l'étouffer comme un boa constrictor intérieur. Le diable commençait à s'ennuyer un peu.

  De l'héroïne, des joints, du vomi.

  De l'héroïne, des joints, du vomi et le ciel peu à peu sombre aussi dans le jour éternel, il crache des éboueurs et du ciment en laque, le bleu coule sur la ville où partout, la vie craque.

  Il se leva pour fermer les volets, même si refuser les révolutions de leur planète était tout à fait inutile et enfantin. Ils ne vomissaient plus, mais ils buvaient beaucoup d'eau car leur bouche et toutes leurs muqueuses s'étaient diablement asséchées au cours de leurs multiples allées et venues aux toilettes. Le diable d'ailleurs avait pris congé, en déployant ses ailes à la fenêtre pour aller trouver d'autres damnés, ceux qui claquent leur porte au petit matin. Il avait laissé une carte de visite sur le coin de la table. De leur achat de drogue restait deux grosses "traces" pour le petit déjeuner.
 
  Ils mirent un film sur l'ordinateur. Un film pour "dormir", mais dormir en ayant consommé de l'héroïne est à peine plus réaliste que de vouloir jouir. Personne ne dort véritablement sous héroïne, il faut pour cela que le produit et ses effets se dissipent, sinon ce n'est qu'un état de semi inconscience qui enveloppe le cerveau, et pas le repos du sommeil profond; on ne fait que rêvasser entre la vie et la mort; c'est un état probablement très intéressant d'un point de vue psychanalytique; un type comme de Nerval eut pu écrire des poèmes étonnants au sortir d'une consommation de cette drogue. Il fallut un autre film, car ils ne s'assoupissaient que par à-coups; midi fut dépassé.

  Mais à un moment donné, tout de même, le cloaque de la torpeur se referma sur eux et ils s'enfoncèrent dans un gouffre parsemé de rêves épineux, spasmophiliques, rouges, océan qui se retire. Il fit d'ailleurs ce cauchemar, récurrent en période de came: il tombe et se retrouve paralysé, une lumière lui brûle la peau et les yeux et il ne peut même pas se protéger le visage avec la main, il ne peut bouger aucun membre; des gens s'inquiètent autour de lui, lui parlent, les mots viennent dans son esprit mais ne sortent pas de sa bouche, incapable de remuer; on le déclare mort et on l'enferme dans un cercueil, mais même dans ce cercueil, la lumière continue de le brûler. Il ouvre les yeux, dans le réel, mais le cauchemar continue: il ne peut toujours pas bouger, tétanisé par la drogue qui a coupé la transmission des influx nerveux aux neuromoteurs. Il connait cet état par coeur, mais son effet reste aussi angoissant que si c'était la première fois qu'il le subissait. Un rai de lumière solaire, échappé de l'embrasure des volets, venait mourir à sa droite, au sol, à côté de la tête du lit. Elle, elle dormait mieux, bien qu' également piquée de spasmes, et par intervalles elle crépitait des ronflements, ou plutôt des raclements, typiques des apnées du sommeil.

  Quand il s'éveilla, le soleil avait coulé derrière les toits, répandant une espèce d'écume orangeâtre mystique et magnifique. Il contempla, hébété, la splendeur des dernières lueurs d'un ciel d'été. L'atmosphère imposait sa beauté céleste, sous-tendue par les rouages implacables du temps. Des oiseaux annoncèrent la fin du jour.

  Elle sortit du sommeil un peu plus tard, et le trouva assis près de la fenêtre, dans la pénombre, le visage à peine éclairé par les miettes lumineuses d'une des lampes sodium de la rue.

  Un sillon de pleur faiblement scintillant sous chaque oeil, il la regarda muettement, un air désolé peint à gros traits sur le visage.

  -"Mon amour, ça va?"

  Ses lèvres consentirent à sourire. Il voulut dire beaucoup de choses: qu'il était navré de lui faire vivre ça, qu'il l'aimait, que leur couple et la vie en général valait bien mieux, encore une fois qu'il l'aimait et qu'il allait faire du café. Mais il ne dit rien, il exprima tout ceci par d'autres larmes. Elle se leva hors du lit, belle et nue, et le prit dans ses bras.

  -"Tu as raison, on va arrêter".

  Ils ne burent pas de café, à la place ils sniffèrent leur ultime trait.

  Statistiquement, ils n'avaient presque aucune chance de sortir de l'héroïne, c'est comme ça, il suffisait de faire l'inventaire autour d'eux de tous leurs amis accrocs. Aucun ne s'en extirpe totalement, c'est comme ça.

  Le diable ricana en caressant leur âme, et referma sa cape sur eux, afin de les protéger.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Langda 14/12/2011 13:55

Belle nouvelle !

ignatius 15/12/2011 11:15



Merci, au risque de paraître imbu, je te dirai que je l'aime beaucoup moi aussi, j'ai de la tendresse pour les ratés...



fistule 13/12/2011 11:51

http://www.youtube.com/watch?v=hhklHHMGPnU

ignatius 13/12/2011 11:53



Dommage Loïc, la vidéo est bloquée!



lizagrèce 06/12/2011 22:44

Description au scalpel d'une folie douloureuse. On appelle ça (l'héroïne) de la merde . mais c'est vrai ça en est. Et au bout d'un moment on ne peut même plus lire Boris Vian. On ne peut plus rien
lire du tout d'ailleurs.

ignatius 09/12/2011 19:24



Et le pire c'est qu je trouve que ça a quelque chose de beau, horrible et beau comme un corps qui tombe du haut d'une falaise...



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux