Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 16:12

 

 

  Là, dans des sphères supérieures, qu'on entrevoit effrayés par ses immondes couleurs, debout, fier, digne et bravache, drapé dans sa solitude comme la chrysalide dans la soie nacrée de ses certitudes, le Montévidéen harangue la Création. D'un geste saccadé de matador des Enfers, il renverse les normes établies par sept mille ans de mensonges, il agite sa muleta écarlate et superbe face au Bien rampant qui grouille autour des peuples. Est-il seulement conscient d'avoir seul ces visions? Bien entendu. Est-il fou? Bien sûr que non. Il serait trop simple qu'il fût fou. Il est transpercé de lucidité piquante comme un oursin masochiste inversé. Il voudrait lever une armée de monstres frappés par la méchanceté des hommes, par l'iniquité de l'Ogre Seigneur qui le regarde d'égal à égal par delà l'horizon parallèle des replis spatiaux, dont Elohim se protège comme le petit enfant avec les jupons de sa mère. Ce combat sera éternel et ne pourra mener à rien.

  Là, dans des sphères supérieures, qu'on entrevoit effrayés par ses immondes couleurs, debout, fier, digne et bravache, drapé dans sa solitude comme la chrysalide dans la soie nacrée de ses certitudes, le Montévidéen harangue la Création. Croiser son regard de jaspe parcouru du vol de mille papillons enflammés, recevoir dans ses oreilles les filandres de ses mots de bronze oxydés par l'acide nitrique de la raison est une expérience qu'il faut faire seulement si, et seulement si, l'on est pas plus attaché au maigre pédoncule des enseignements parentaux que le suicidaire est attaché aux bienfaits du monde. Dieu n'aime pas que cette parole traverse les âges, nos parents voudraient qu'elle fût aphone, sèche, et poussière stellaire perdue au loin de notre planète. Touchés par la grâce de sa langue trois fois grande, la salive luisante et épaisse de ses strophes vous protègera comme par magie de la mélodie secrète et captieuse de l'asservissement malsain qui pétrifie vos frères, mais son antienne vous projettera dans une rude bataille. Ce combat sera éternel et ne pourra mener à rien.

  Là, dans des sphères supérieures, qu'on entrevoit effrayés par ses immondes couleurs, debout, fier, digne et bravache, drapé dans sa solitude comme la chrysalide dans la soie nacrée de ses certitudes, le Montévidéen harangue la Création. Vous croyez pouvoir rejoindre ses rangs? C'est faux. Je vous ai menti. Chacun sera seul, pétri d'enseignements qui sont comme une maladie vous protégeant d'autres maladies. Comme la lèpre, par ses premiers symptômes, semble écarter les rides de la vieillesse. Quelque sangsue géante, quelque femelle requin, quelque machine à coudre les délabrements de l'âme aux parois spongieuses de l'évolution, quelque soupir glacé venu du fond des mers lointaines, où des hommes vivent reclus de tout, épargnés par la modernité comme des dinosaures cristallisés, quelque pou géant aux proportions éléphantesques et à la trompe non moins impressionnante, vous accompagneront de courts instants, puis chacun se retranchera dans sa démarche solitaire vers la plaine ensanglantée par avance de ses pleurs stériles, car tous savent que cette lutte nécessaire est sans issue, ni favorable, ni défavorable, pour aucun protagoniste. Ce combat sera éternel et ne pourra mener à rien.

  Là, dans des sphères supérieures, qu'on entrevoit effrayés par ses immondes couleurs, debout, fier, digne et bravache, drapé dans sa solitude comme la chrysalide dans la soie nacrée de ses certitudes, le Montévidéen harangue la Création. Elle a peu changé la Création depuis que la belladone venimeuse s'est échappée des lèvres brillantes de Maldoror. Les grandes villes sont devenues de gigantesques monstres froids et impersonnels, les hommes ont bâti des empires qui ne savent toujours pas résister au souffle humide et corrosif de la prostitution. Quelques Dieux ont repris des teintes  rougeoyantes -ah! ils s'entretueront sûrement en écrasant la tarte tatin des dévots qui les suivent, et les survivants érigeront de nouveaux Dieux, plus terribles que les premiers. Ils existeront toujours, car ils existent depuis toujours. Mais au milieu des débris calcinés des vaisseaux spatiaux échoués dans le futur inéxorable s'élèveront toujours les plaintes de l'adolescent imberbe à la poitrine molle percée par les ongles longs et amoureux du Comte de Lautréamont, et leurs cris mêlés en une polyphonie blasphématoire impériale et impérieuse chatouillera jusqu'à la nuit des temps les narines hideuses de celui qui a tout créé. Et toujours il aura ce rictus dégoûté du père qui voit le mauvais fils suivre un mauvais chemin, tout constellé de beautés rejetées par Lui. Et toujours il se trouvera des esprits forts, sensibles et émus par les mélodieux Chants de Maldoror, et toujours la hache de cette guerre sera déterrée, sans que jamais ne survienne un dénouement. Ce combat sera éternel et ne pourra mener à rien.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius
commenter cet article

commentaires

el duende 08/09/2011 21:59


Mes aïeux ! Tu es son fils spirituel ! Il y a le souffle poétique, la vision, l'amplitude, la richesse lexicale. J'ai du mal à croire que tu aies pu pondre ça.
Tu dois être habité ...:-))


ignatius 09/09/2011 14:17



C'est gentil, mais je suis tellement dedans en ce moment... C'est presque mon seul repas. Et puis, les plus grands génies ne sont pas les plus complexes à plagier: Baudelaire s'imite très bien,
Lautréamont aussi. Et c'est assez logique, ils ont inventé une forme, la reproduire ne demande pas tant d'effort que de la créer...



miou 06/09/2011 11:59


je suis en train de lire Frankenstein, et sa créature me fait penser à Maldoror, car elle a choisi le mal. J'aime bien ton hommage,je le trouve... consistant!


ignatius 07/09/2011 12:41



C'est vrai il y a quelque chose entre les deux, une rebellion face à son créateur... Bien vu.


en tous cas je me suis bien amusé à l'écrire cet hommage...



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux