Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 12:07

 


                             Un conte de fées


  Il n'avait plus vraiment d'âge. La preuve: il écoutait France Info dès le réveil sur son petit transistor jaune. Qui écoutait encore la radio sur un transistor? bientôt ça n'existerait plus, tout passerait par internet ou un de ces machins. Deux guerres en Afrique, le pétrole dont le cours semblait passionnant pour le monde entier, des résultats d'élection, des élections pas passionnantes du tout. Il n'avait plus vraiment d'âge, mais c'était son anniversaire. La radio c'était son évasion et en même temps son seul contact avec le vaste monde, son ancrage dans la vie des autres vivants. Peut-être grâce à elle qu'il ne devenait pas complètement fou. De ses doigts mouchetés de piqûres, de sang séché, de terre et de crasse, il tourna le bouton pour aller rencontrer une station Classique. Chopin. Ballade N1, Sol mineur, opus 23.

  Le piano dansait, léger comme une libellule, sur l'onde plate et scintillante du fleuve. Deux rats déboulèrent en fusant sur la berge.

  "Je suis un rat mélomane", pensa-t-il. Et il eut froid. Pourtant le soleil affûtait ses rayons derrière la colline, il fallait s'attendre à une belle journée de printemps.

  7h34. Il tourna la tête en direction de l'herbe, à droite de son logis. Il dormait sous un pont. La prophétie s'était réalisée. Sa grand-mère disait ça, quand il était gosse, combien de fois l'avait-il entendue menacer "c'est bien beau artiste, mais c'est pas une situation, c'est un coup à coucher sous les ponts!". Ben voilà: il couchait sous un pont. A côté des touristes sexagénaires qui promènent leur retraite ridée et leur yorkshire sur les péniches. Il avait tenté. Il avait raté. Cinq années aux Beaux-Arts, diplômé avec mention. Son trait avait été bon. Ses peintures avaient eu du succès, les profs en disaient du bien. Une vie de bohème pendant quinze ans, des résidences d'artiste en France, en Espagne, en Belgique, en Allemagne, quelques jolies filles dont le souvenir agrémentait parfois son réveil, bien qu'à la cloche les matins soient la plupart du temps trop frais pour autoriser une érection. Enfin bon, la peinture de nos jours, c'est un peu has-been, ce qui marche ce sont les installations, les performances, l'escroquerie intellectuelle. Il avait jamais rien compris à tout ça, et surtout il refusait de comprendre. Il avait abdiqué. Alors il était là, tout ensablé par le vin de Morphée, son passeport pour le sommeil. Il lui restait un fond de rosé à 1euro 84. On lui avait pas fauché pendant la nuit. Il s'en offrit une rasade.

  En fouillant dans ses poches il dégotta plein de pièces orange, mais pas de quoi aller jusqu'à un café. Bien sûr, tous les clodos buvaient le café chez les protestants, gratuitement, mais justement, là c'était son anniversaire et il n'avait pas envie de se farcir tous les cramés avec leur clébard, leurs cris, leur gueule aussi pourrie que la sienne et même le sourire des bénévoles, rien que d'y penser, ça faisait peser sur ses épaules un poids qu'il ne voulait pas supporter aujourd'hui. Il n'aimait pas faire la manche, mais il fallait s'y résoudre. Il alla en centre-ville avec son sac à dos, sa couverture écossaise et son année en plus.

  "Bonjour madame, il me manque moins d'un euro pour boire un café...

  "Pour boire un café vous êtes bien certain?

  "Oui. C'est mon anniversaire...

  "Oh...!"

  La vieille le scruta un instant, comme si elle avait accès par son visage à son état civil. Elle ne se sentit pas le courage de refuser à cette gueule cassée le micro bonheur d'un café le jour de son anniversaire. Elle tira un petit porte-monnaie rose de sa poche, l'ouvrit, en ponctionna une grosse pièce qu'elle lui tendit en précisant, un rien soupçonneuse:

  "J'espère que vous ne m'avez pas menti jeune homme, le Seigneur vous voit".

  Il venait d'être crédité de deux euros. Deux euros! du premier coup!

  "Merci beaucoup madame, le Seigneur doit apprécier votre geste".

  Il voulut ajouter "et moi aussi", mais il trouva ça un rien blasphématoire.

  "Bon anniversaire jeune homme, et bon café, vous pouvez même vous offrir un croissant".

  Puis elle reprit sa marche à petits pas vers la route du Paradis chrétien.

  Un bar ne refusait pas de le servir, un bar même pas cradingue, au contraire, il était plutôt chicos. En fait il avait jadis exposé dans ses murs, et le patron lui avait vendu quelques toiles. Bien que la direction ait changé depuis, il continuait d'y aller et s'était familiarisé avec les nouveaux serveurs, qui ne l'avaient jamais mal traité.

  Nanti de son croissant d'anniversaire il s'assit à une table rutilante de soleil, un peu à l'écart des autres clients (pour ne pas les indisposer) et commanda son café. Une serveuse, probablement nouvelle, bien foutue et agréable, lui amena son expresso accompagné d'un verre d'eau, alors qu'il ne l'avait même pas demandé.

  Presque dix ans qu'il ne dessinait plus, ne peignait plus rien, à part ses blonds cheveux très longs, parfois. Il fouilla dans son sac à dos, en sortit plusieurs feuilles froissées, un stylo bille et décida de croquer la place avec ses touristes.

  Son trait avait beaucoup perdu, en spontanéité et en assurance. Ca l'attrista; mais en même temps, à quoi s'attendre d'autre? Il s'acharna cependant. Après une première esquisse tout à fait foirée, il se reprit en se rappelant l'importance de dessiner par plans successifs. Le second essai fut moins catastrophique. Ce petit jeu l'absorba tellement qu'il en oublia son café, qui avait refroidi, intact.

  Ce n'était plus qu'un vieux machin, une caricature d'artiste raté, mais quand même! ce petit dessin de la place n'était pas si nul... il lui restait des notions.

  Deux jeunes filles avaient pris une place non loin de lui. Il les remarqua tout à coup parce qu'elles riaient. Elles affirmaient la continuité de la vie ainsi que la promesse faite à certains jeunes hommes de prendre du plaisir. La plus jolie des deux, châtain, cheveux fins et diablement longs, des lèvres comme un palais en sucre, était plus jolie que la plus jolie des filles qu'il avait eues durant sa vie de bohème. Elle était même bien trop mignonne pour lui rappeler une quelconque conquête. Contre le rebord de leur table reposait un carton à dessins.

  Allez! il se sentait d'une hardiesse peu commune aujourd'hui. Il entreprit de dessiner également cette douce et frêle créature. Mais elle était trop belle pour bâcler le travail: il débuta par des détails. Son nez maigre et coquet, ses pommettes douces et coulées, ses épaules et son buste de sylphide. Les années qu'il avait passées à faire du nu lui revenaient en mémoire! Le stylo ne glissait pas encore tout seul sur le papier, mais il s'en tirait pas mal. Il attaqua le modèle, en entier.

  "Pardon monsieur... c'est moi que vous dessinez?"

  Elle était soudain là, devant lui, vivante, caressée et embellie par la lumière, vaporeuse comme un unique petit nuage sur un mont arboré.

  Il fut très gêné par la situation.

  "Heu... oui... je suis désolé...

  "Non, non, y'a pas de souci, je peins moi aussi! Je peux voir?"

  Au lieu d'être mis en confiance, il se trouva encore plus mal à l'aise. L'autre fille était partie. Ils étaient seuls à seuls, enfin presque.

  "Mais je dessine pas bien, ça ne vous rendra pas hommage..."

  Il tourna la feuille en direction de son modèle.

  Elle écarquilla deux grands yeux bleus maya, semblables à ceux de certains chats siamois. Puis elle fixa l'auteur avec les mêmes yeux, le même regard et affirma d'une assurance quasi professorale:

  "Ca tue. Vous êtes hyper doué!"

  Devant cet enthousiasme le rouge lui monta au front.  

  Elle voulut s'asseoir cinq minutes pour parler avec lui. Elle se prénommait Pauline, était en fac d'histoire de l'Art, deuxième année, et prenait des cours de peinture. Pauline lui montra quelques uns des travaux contenus dans son carton à dessins. C'était pas encore très bon, mais l'avenir réserve des surprises aux artistes besogneux. Pauline était fan de Klimt, lui penchait du côté de Schiele, de Chagall ou des oeuvres de jeunesse de Malevitch. Tout ça n'était guère éloigné, il y avait une proximité de goûts artistiques entre Pauline et lui. Elle lui proposa de le revoir le surlendemain à la même terrasse. Il accepta, évidemment.

  Pendant toute la durée de la conversation il avait pris grand soin de ne pas écarter les bras de son torse: il ne s'était pas lavé depuis des lustres et craignait les effluves qui pouvaient s'échapper de ses aisselles. Jamais Pauline ne parut indisposée, ou elle le masqua avec talent.

  Les quarante-huit heures qui suivirent la rencontre ne furent occupées dans son esprit que par deux pensées: le dessin et Pauline. Les deux étaient liés, bien sûr. Il croqua autant, sinon plus que lors de ses années d'études aux Beaux-arts. Toute chose lui semblait un sujet merveilleux: les squares avec leurs bancs, leurs arbres, leurs pigeons, leurs passants, les bâtiments, les toits, les nuages, le fleuve, les péniches, et même les voitures.

  Il ne mangea que trois pommes en deux jours: il n'avait pratiquement plus faim. L'alcool lui-même ne lui paraissait plus une nécessité, il n'en but qu'une demi-bouteille avant de se coucher. Par contre, à sa grande honte, tout en éprouvant un fort dégoût à l'encontre de sa vieille personne puante, il ne put s'empêcher de se masturber chaque soir en s'imaginant dans un grand lit avec Pauline. Les deux fois il essuya son sexe écumant avec sa couverture écossaise et s'assoupit en se jugeant bien dégueulasse.

  Le matin de la seconde rencontre, il se débrouilla pour aller se laver chez les Protestants, où il prit un café gratuit accompagné de croissants industriels à la date de péremption dépassée. Il pensa se raser, mais redouta que cette coquetterie ne le rendît ridicule ou juste méconnaissable.

  Son Rmi ayant été versé la veille, il offrit un verre à Pauline, qui n'avait pas oublié le rendez-vous.

  "Ca vous dit qu'on aille dans un parc sur l'herbe? vous pourrez me dessiner si vous en avez envie, ça sera plus sympa qu'ici!"

  Il tenta de marcher devant elle pour ne pas lui faire honte, mais elle refusa et mis un point d'honneur à avancer à ses côtés.

  Les deux heures qu'ils passèrent ensemble furent les plus merveilleuses qu'il avait vécues depuis des siècles. Il ne savait même plus qu'il pouvait rire autant sans être totalement pinté. Sa manière de raconter les grands peintres, les courants picturaux, ravissait Pauline. Elle l'écoutait disserter religieusement mais avec une complicité qui le mettait en émoi. Il était amoureux. Quand elle riait, que ses lèvres découvraient ses dents opalines, il voyait s'ouvrir tout grand le royaume des cieux, et c'était pour lui un enfer de délices interdites.

  "Si vous voulez, dimanche matin j'ai deux heures après l'équitation, on pourrait les passer ensemble, ici.

  "Si tu veux, avec plaisir."

  Il aurait dû dire non, mais il en était incapable. Il aurait eu meilleur compte d'aller se faire une pute, même en payant double tarif, de sucer la queue d'un zonard homosexuel, ou de partir au Mexique à la nage. Un vieux rêve, le Mexique. Ca resterait un rêve. Comme Pauline. Il valait mieux arrêter là avant de se manger la dure réalité dans les chicots. Mais il n'en avait pas la force. Pauline était le seul truc sympa que Dieu le Père lui faisait vivre depuis l'accident de celle qui devait devenir sa femme, douze ans plus tôt. Putain! Pauline, jeune bourgeoise magnifique de vingt ans avec lui, un bouffe-bitume alcoolique oublié dans le 21è siècle? Même Spielberg oserait pas.

  Les jours, les heures, les secondes passaient douloureusement. Le fossé qui le séparait du dimanche en question était noyé de vinasse, de reproches, d'auto-flagellation et de gluante déprime. Il n'y avait même pas de quoi être fier de ne pas se masturber en pensant à Pauline: il n'en éprouvait pas l'envie. C'est elle qu'il voulait, aussi absurde et déraisonné que cela fût. Se voir en train de lui caresser les cuisses en pensée, quand la possibilité réelle que cela arrivât était à la fois si proche et si lointaine, si incongrue et improbable, ne suffisait plus, bien au contraire, ça en devenait sordide. Il ne dessinait plus.

  Le dimanche tant redouté arriva.

  Ils était assis sur l'herbe au milieu de jeunes couples et de familles avec enfants. Pauline avait emporté quelques dessins pour les lui montrer. Il avait du mal à les voir. Une heure cinquante-deux de torture où il ne parlait presque pas. Elle lui confiait des petites choses de sa vie, des petites choses qu'il aurait, la dernière fois encore, dégustées comme des bonbons. La fin du calvaire approchant, il prit le taureau par les cornes:

  "Pauline, je suis désolé de ne pas garder le silence, mais j'ai terriblement envie de t'embrasser".

  En fait il voulait dire "de te faire l'amour", mais c'était trop difficile.

  Pauline lui répondit d'un sourire doux et appétissant comme de la crème. Elle se pencha vers lui, et sans se soucier des gens présents qui devaient trouver cela inconvenant, lui embrassa les lèvres comme un petit oiseau pose son bec sur un vieux fruit.

  Elle se leva, lui fit au revoir de la main et conclut leur entrevue d'un:

  "A bientôt!"

  Il resta là, comme une ruine sous le vent. Il la regarda disparaître dans les escaliers qui redescendent du parc. Ses cheveux châtains furent éclipsés par le béton. Bien entendu elle ne lui avait pas fixé de nouveau rendez-vous.

  Il retourna sous le pont. Sous "son" pont. Il tomba deux bouteilles de "Côte-Rôtie", à cinquante euros pièce. Il ne pouvait plus aller dans le centre, le risque de la croiser était trop grand. Il contemplait l'onde rigide et noire du fleuve. Un rat fila sous ses yeux. La lumière pisseuse du réverbère à sa droite étouffait sans bruit dans l'opacité de l'eau. De rares promeneurs troublaient encore la solennité du moment. Bientôt il serait seul.


Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

el duende 23/03/2011 07:23


Magnifique ! Superbe! Certes, autre chose que ce que tu fais à l'accoutumée...
J'en suis saisie ! C'est fou tout ce que tu sens et que tu donnes à sentir...
Bravo !(les deux oreilles et la queue)


ignatius 23/03/2011 10:58



Muchas! j'avais envie d'écrire une histoire sans "je". En fait dans ma période BA, un jour en sortant de cours je suis tombé sur un clodo (je parlais beaucoup aux clodos) qui m'avait dit ça: "ah
tu es aux BA, moi aussi je les ai faits, 5 ans dans cette école". Ca m'avait bien encouragé comme rencontre... Belle journée JGR/elduende (ah ah, tu m'as  bien eu!)



lizagrèce 22/03/2011 22:55


Le style me paraissait plus convenu qu'à l'ordinaire, mais plus le récit s'installait plus j'avais du mal à avaler ma salive. Dur d'écrire que pour certains il n'y a même plus l'espoir.


ignatius 23/03/2011 10:48



Juste! J'avais envie d'écrire autrement. Pour la salive c'est à cause du café grec, très épais. Sourire



Nounedeb 22/03/2011 17:19


: }


ignatius 22/03/2011 18:37



Pouf pouf. Y avait plein de fautes. Désolé pour tes yeux. Merci pour ce sourire.



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux