Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Regrettable attentat

 

J'ai encore buté ma Muse
alors que son chant diffuse
des notes qui m'espacent
comme le feu les molécules de glace

ce chant s'éteindra c'est à prévoir
comme on libère les condamnés
tôt ou tard
on ne coupe plus de tête cette année

Chut! j'écoute en vain les harmoniques
du couteau qui rouille en dedans
les inscriptions sont sataniques
et ce chant obsédant

Lyrisme à découvert
faut s'écorcher pour trouver la petite bête
ou se gratter la trop grosse tête
où grouillent les vers de sons vivants

Mais enfin bon, j'ai fait tilter ma Muse
au bal c'est extra
elle me regardait comme ça ne se doit pas
avec l'iris en cornée -Muse!

ô toi qui entends la magie
qui transperces les ouïes
des affinités mortelles enfouies

 où se cherche l'horrible musique?

où se trouve l'or mou des essences?
là où l'on crève des absences?
au pays creux du silence?

 Muse, pardon pour ce ténébreux déclic

 

__________________________________________

 

Présentation

  Je ne suis pas vraiment quelqu'un de bien
d'ailleurs
je ne suis pas vraiment quelqu'un
rien ne me distingue du néant
un contour peut-être?
un sexe parfois gourd
un mal de tête me prouve de temps en temps
que je suis bien vivant
ça n'est pas assez, je sais

le chuchotis du vent à mon oreille
la souffrante solitude d'un quidam sur le trottoir
un coup de fil rasoir
ou quand je tousse au reveil

ce sont des indices. Ca doit être des indices,
non?

cogito ergoto agrum, grum, grum
des fois remonte le souvenir d'amours trop lisses
Est-ce une preuve?
sinon, je pisse
ou je fais peau neuve
sous des vêtements achetés cher
-rapport aux regards qui vont s'y poser.

Heu... Un compte en banque
c'est une appartenance concrète à notre siècle?
non, mais les douleurs dorsales, il parait.
Des fois les morts me parlent!
(mais ça ne veut rien dire)
je ne suis pas seul quand je respire.

je n'ai aucun secret, c'est inquiètant ça?

le monde s'affaisse comme un flan
en un coulis quasi liquide
comme un Dali sordide
et en plus je trouve ça plaisant.

Je cherche, je cherche, pour être sûr!
sur le drap rose de ma coexistence
je vois un trou, en-dessous, une fissure
j'approche mon doigt de la Vérité, mais j'm'en balance

Donc je suis bien humain
mais pas quelqu'un de bien.

 

_________________________________________________

 

Quotidien

 

Je fume je fume
des pages entières
j'oblitère ma valeur ajoutée
et dehors, je m'enrhume

  Y'a des meufs
qui ont bien conscience de leur oeuf
et moi de ma bite
notre histoire est écrite

  Je bois, je bois
pour rouiller les anneaux
qu'ils éclatent en petits morceaux
en rouges émois

  Y'a des mecs
gentils, ça me débecte
de les voir
avec leurs petits espoirs

  Je baise, je fais du sport, des mots-fléchés
j'exorbite mes yeux doux pour dompter mon clavier
pour justifier mes repas, j'écris
n'importe quoi, je justifie.

  Faut danser aussi, pour la reproduction
des pas enseignés
pour se faire mal aux pieds
la douleur atteste de notre condition.

 

______________________________________________

 

Chant de nuisance

 

je veux m'effacer, m'enfoncer dans la plus petite faille
vaille que vaille
disparaitre en plein derrière ce que je ne peux saisir
ah si je pouvais en mourir

ce n'est ni beau ni utile
ni glorieux ni même difficile
c'est juste un rêve au matin
de se reveiller fiché en son sein

je crois que c'est au coeur de l'espace
l'interstice que masque la surface
je crois que ce noir intervalle
ni ne suce ni n'avale

on a parlé des Gestes épiques
disséqué les sybillines épigrammes
glosé sur l'Art du Tragique
et trempé nos mains dans les flammes

est ce qu'il y a une chance
d'échapper aux échecs appelants
est-ce qu'avec un peu de talent
on peut mentir comme on pense?

je veux me glisser dans ta faille
craquer le dernier souffle
comme on se bouffe
pour taire la langue qui braille

avenir vicié des métalliques aurores
qui cinglent l'organique
je rejette tous tes antalgiques
j'exalte ce souvenir qui me tord

est ce que les morts se taisent?
y'a t il un sordide espoir de baise?
de reproduction derrière un parpaing?
avec un cadavre ça doit être bien.

On voit les formes parfois avant qu'elles fuient
des coalescences improbables
dans les équilibres instables
les couleurs noires du diable

j'aime ce chant muet qui me nuit.

 

___________________________________________

 

Capillarité

 

Faut avoir conscience de la mort
parait que ça rend plus humain
la perception de ce qui nous dévore
en aiguise plus d'un

sens
plus d'un
geste
plus d'un
pas de danse
plus d'un
poème boursouflé
plus d'un
manifeste
plus d'un
mot ourleté

  Nous étions enfant
nos cheveux conspiraient
contre l'avenir, la boîte au front
mais on s'est bien marré

mais si.

  Nous étions si petits
qu'on nageait dans les pigments
des postillons prospectifs
de nos parents

mais les tifs

nous poussaient insidieusement
à rejoindre l'autre monde
même si les boucles blondes

même si les tifs
ça pousse au calvaire
logiquement
quand ils touchent terre.

 

_____________________________________________

 

ah, gare...

 

Gare à la myocardite
à l'enflement final et subit
petit homme, petite femme
gare à l'effondrement depuis l'éclat initial

gare aux étoiles qui s'entre-dévorent
à la fascination pour le mal
à la mise en place du drame
gare aux échanges météors

danser c'est pas méchant
dans les couloirs sans écho
entre les dents restent des mots
"mademoiselle, vous me plaisiez tant"

On ne croit en rien
hors les battements de cils
le feulement du papier au matin
à la victoire et au trépas d'Achille

gare à moi, gare à toi
gare aux ouvertures mal finies
par lesquelles pénètre la sortie
gare au final type cinéma

gare à la mort, gare à la vie
gare aux gares sans train
aux regards dans les miroirs sans tain
gloire à tout ce qui est infini.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux