Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Angoisse

 

  Avons-nous tout le temps
qu'il faudrait pour sentir
la vieille lune expirer son râle de lumière matinale
la dernière note polyphonique
du concert des amants
leurs voix qui s'alternent
l'entendrons-nous cette note fatale?
déjà, je baille... Alors permettez
que j'en doute

La finalité ne vaut pas tripette
certes
mais
l'ultime vibration de notre entendement
l'éclairage qui retombe
la fin absorbée
digérée
ça n'est pas tout à fait vain
j'aimerais prendre le temps de courir
à toute berzingue
sans rien oublier
de la désinvolture
ni cette femme un peu paumée
touchante, qui réclame dans un vide gorgé de monde,
de monde sourd et affairé à sa néantissime et narcissique inexistence,
qui réclame trois euros quatre-vingts pour déplacer
son corps
ailleurs

La question du mérite est à étudier
sauvagement, bien sûr.

  Cinq dernière minutes
pour trouver l'assassin
pour sourire
pour comprendre, réapprendre
éteindre la lumière
accrocher les mots en flamberge
enfin en sinusoïde
pour s'armer de patience
réussir à
enclencher les pieces du puzzle.

 

______________________________________________________

 

Baisance

 

  Sexes turbides aux confins des chairs jamais rassasiées
vous indiquez si bien
le chemin rugueux de la mortelle excellence
je vous salue avec insistance
en agitant mon pieu de piété

  Ô Jésus, ô Madeleines,
ô Nérons concupiscents, ô Dyogène
ô ma queue de Babel
au langage de Grenelle

  J'aime baiser, c'est sûr
mais la raison m'échappe tout à fait
elle s'enfuit si je la veux saisir
comme la fumée s'eclipse entre mes doigts de matière dure

  La reproduction est rarement à l'ordre du jour
mais nous perdurons dans la défiance
manger est une nécessité qui fait le ventre lourd
mais l'onanisme doit bien être une déviance

  Quand j'ecris, je tutoie mon néant
avec la déférence du sapajou

  Mais quand je saute sur des fesses
quand je fais pénitence au creux des cuisses
je ne vois ni dieux ni diables
je m'animalise, c'est irréfutable

  Pourtant j'y trouve une sorte de Foi
de connexion avec le brillant je-ne-sais-quoi
mais si je jouis, si je m'expulse du Moi
je suis soudain atterré par ce vide exploit

  J'avoue n'y rien comprendre
ça me semble un peu pathétique
d'ainsi se distendre
dans le Cantique des Cantiques.

 

____________________________________________________

 

Identiques

 

  Je m'avorte souvent
sans fierté exagérée
sans mépriser le comment du pourquoi
sans cracher dans la soupe

  L'amour n'est pas impossible
il n'est qu'indicible
inavouable face à la pauvreté des mots
il y en aurait toujours un de trop

  Encenser la mort est à notre portée
la capiteuse fonction organique, aussi
mais l'entrelac phosphoreux de la sentimentalgie
pardon, mais j'en doute avec sérieux

  Alors, je préfère encore m'avorter
me pincer le bras à m'en écorcher
je me répète, coeur qui n'est pas le mien:
pardon; je projette un silence de feu

  Un silence de feu pour s'immoler
en vertu de toute notre synthétique covalence
qui nous unit inexpliquablement
comme deux identiques folies.

 

______________________________________________________

 

Apostasie

 
  Ô rimes obscènes
je rejette vos crimes
vos aléas futiles
bzz bzz de phalène

  Ô monstres languides
votre bouche ronde,
gorgée, est putride
de matière inféconde

  Quel con vous adule?
quelle mère vous enfanta?
Ô vagins et pustules
vous valez mieux que ça

  Pour six, pour douze, pour cinq
mots tors ou de travers
pour sept, huit ou bien dix
trop de choses meurent, non dites.

 

_______________________________________________________

 

Today

 

  Un camion de glace ne vend pas de glace
non
ce serait trop simple
il renferme une existence de glace
solitaire et ample
dans son petit véhicule
à travers sa vitre, elle voit les vies qui passent
s'arrètent, les enfants qui comptent leurs sous
un couple qui s'embrasse
un vieu devenu fou
parce qu'enfant il ne s'en payait pas
des glaces
et tous ces gens s'effacent
le soleil se dissout
dans un ciel qu'on dit infini.


Le type rentre chez lui
enfin ce serait logique.


Il conserve son sourire statique
par amabilité, pour donner le change à ses voisins
pour cette fille aux gros seins
mais il se doute
que demain non plus, il ne vendra rien
parce que c'est l'hiver
bon dieu de foutre,
tout ça est cohérent! et la fille n'ouvrira pas sa robe comme ça
sans un mot sympa
il faut digérer l'absurde, certes un peu lourd sur l'estomac
comme une grosse glace à la menthe
une matinée d'hiver.

 

_____________________________________________________

 

Plan X 4 U

 

  J'aime l'hypocrisie des plans baise
tu fais quoi comme boulot, études, ta couleur préférée?
oui moi aussi j'aime ça, beaucoup
mon appartement est bien rangé
oui tout cela est nul, et tout ceci est bien
je pense comme toi
en vertu de quoi

sache que je te baiserai bien
je t'enculerai avec complicité
chez moi ou chez toi, viens
et nous ne nous reverrons plus jamais.

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux