Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Ma lady

je boite des vers
par la lune inoculés
sous mon costume ridicule
de cellulose et de nerfs

j'en contracte souvent
comme au matin on prend froid
si l'on cède au tentant
d'aller par les toits

j'arpente le coeur hagard,
l'oeil synapse,
des adultérines relapses
qui m'aident à déchoir

de ces trottoirs du ciel
où je guette mon shoot
de lumière irréelle
qui me tient sous la voûte

je sais que l'astre fuira
un vilain jour
et, guéri, il faudra que
je meure à mon tour.

__________________

ô amis sans face et sans nom
je vous veux tous en lambeaux
pour piocher dans vos oripeaux
la matière fétide qui irrigue mon crayon

Est-ce tout ce que je puis faire?
vous ecorcher? vous vautourdiser?
s'il me plait de végéter aux enfers
prière de vous laisser crever.

____________________

 

Empire

 

Y'a plus de mort, y'a plus de vie
mais je vois des grisures de couleurs
des teintures pas encore observées
qui me grillent la cornée comme le soleil
c'est si touchant au fond de l'oeil
que j'le sens dans ma colonne
ce sentiment d'être à côté de vous de votre odeur
maladive, de chaque parcelle de bonheur à définir
c'est comme quand ça empire au milieu
moi j'vais pas pouvoir rêver mieux
j'ai pas d'organe aloué, y'a même pas d'mal
et pourtant je me sens coupable, rançonnable

C'est qu'une sombre histoire d'héritage
de conscience léguée et reléguée au rang
qui dérange, qui empêche de bien voir

on a pas tout bien compris, non, mais
la formule semble infinie
c'est qu'une question de choix et d'espace

peut etre de placement aussi
si je me mets là, c'est vous que je vois
et ici la lune me chiale dessus, c'est plus que beau

quand elle coule ça fait des sillons, tracés de rivières
vite séchés, sans un poissons, avec du cristal et du limon
de la chair livide en live pour les vivants.

C'est qu'une question de place et d'espace
de mémoire à louer pour les suivants
c'est qu'une question qui attend pas d'mots,
c'est une question qui n'attend pas!

 

_______________________________

 

AleZandrin et Belzé buté

 

Je revenais des enfers douces et puantes
à deux doigts de faire encore machine arrière
dur de refuser la pelle et les cimetières
quand on aime crever aux aurores evanescentes
Orphée jouait son chant qui perfore les dieux
sur ce chemin inexistant et fabuleux
y'avait tous les autres démons cons et rieurs
prenant au tragique leur appetit du malheur

oh, et moi, j'ai vomi cent fois mes espoirs
glissant dessus comme un surfeur pas très adroit
je pensais rien, à c't'heure non on ne pense pas
face à l'horloge on tente d'être digne et droit
mon amour s'échappait en fines exhalaisons
de ma bouche torturée de rejets de plantes sèches
ce fut plaisant une fois de brûler sur la brèche
ténébreux plaisir de snober ses petits dons

Pendu à mon golem réverbère
qui m'a choppé par l'colbac
j'suis revenu tout en vrac
pour un demi siècle d'arnaque,
vainqueur de l'enfer...

 

_________________________________

 

Matin de glace ou d'enfer toutes les faces dépareillées
c'est comme dans les cimetierres ces morts-là sont en bonne santé
que des rêves et de la haine dans les yeux qui trainent au hasard
sur le gris, sur le noir, sur le tissu,
qu'elle est belle l'inconnue
mais elle passe sans souvenir, son regard
se perd en équations à l'heure de partir
on sait quoi? on sait rien, on fait ça parce qu'il le vaut bien

Mon petit tu iras aussi à la guerre
bien sapé, c'est plus classe!
et puis au crépuscule on s'prelasse
le coeur au repos, comme les nerfs
c'est pas infâme, non, non, non
c'est la condition qui veut ça
l'infanticide, j't'apprendrai, pas le choix
les poissons choisissent bien leur hameçon

y'a des trains, des voitures, des cars, des moutons
bleutés, des cinq pattes plein les placards
et la réussite en chemin, pour laisser des soupçons
des traces de pas, des coulures, un testament
oh mais on fait l'amour quand même
pas toujours quand on aime, et alors?
le blanc des sentiments, des expulsions
ça fera quelques enfants, comme toi

Mon petit tu iras aussi à la guerre
bien sapé, c'est plus classe!
et puis au crépuscule on s'prelasse
le coeur au repos, comme les nerfs
c'est pas infâme, non, non, non
c'est la condition qui veut ça
l'infanticide, j't'apprendrai, pas le choix
les poissons choisissent bien leur hameçon

 

________________________________________

 

A une Daphné encore humaine

  Tes lèvres sont belles et bientôt flétries
comme ton charme fade rejoindra tôt la nuit
ô inexistante, sourde nymphe du ciel
sylphide écrasée par un poids trop cruel

cervelle ouverte au vent, comme tu gémissais
jadis au moindre son né de ma perfidie
ce jeu qui nous liait par une feinte folie
sentait le soufre tiède et le satin flambait.

J'y ai pris goût c'est vrai, plus que toi c'est certain
car j'étais le miroir et le reflet, et toi: rien,
que le vide séparant le ravin et le fond;
je me suis bien grisé de ton vertige sans nom

comme on aime des choses sans raison écouter
comme on tue un serpent pour manger sa langue,
lécher l'hémisitiche et s'enticher de fange,
un temps nous fûmes ravis, de mensonges rassasiés.

Nos voix se touchent encore dans un silence de meurtre
mais l'aiguille te guette, elle perce déjà tes guêtres.

 

_____________________________________

 

Insomnie blafarde

 

Aux heures indues fondues
vieilles bougies
les tangeantes fluides
fuyantes et des flaques dans l'esprit

  il brille encore lui, il luit de toutes ces
sueurs en rivières scintillantes
des pleurs de chattes sur leur civière
sur mon écran et clavier gluant

  amour oui parfois comme une tachycardie
dans les renflements sentimentaux
sous l'équateur clapotant
quelques émotions paradent la nuit

  Des putes! Des putes à peine drapées
nyctagynacées aéroponiques
errantes et délirantes! Jouissent elles par les oreilles?
elles dégoulinent de la cochlée

  Leurs os spongieux font des flics
et des flocs de tressaillements libidineux
je me moque un peu de leurs tics verbaux,
de ce vide au bas de leur colonne vertebrale.

 

_________________________________________

 

Untitled oiseau

 

Je ne sais plus définir ni observer
sans être douloureusement calme
ce piano a tout dit alors s'il y a drame
c'est quand même pas méchant, c'est pour crâner!

Le fil noirci de nos échanges s'inscrit
avec la précision du vautour en vol
il concentre ses cercles en bravant Eol
tous ces mélanges, déplacements d'air...

oh please, make me happy
until I die, make me funny
for all they won't cry
oh please let me alive
I'm so bored to be blind
I can't stand no more
If there is something behind, keep that secret:
I have to sleep without no head, nor bullet in my mind

Ai-je jamais su quoi dire dans la langue des oiseaux?
savez-vous le nom du chant premier?
le Nom de l'amour est-il troué, ou est-ce fagot?
possible que tout va vite s'envenimer

Le fil noirci de nos échanges s'inscrit
en lettres calcinées, et pourtant consummantes
il enlace et embrase, il délasse et creuse
sous la carapace sous la voûte stellaire le corps qui se ramasse.

oh please, make me happy
until I die, make me funny
for all they won't cry
oh please let me alive
I'm so bored to be blind
I can't stand no more
If there is something behind, keep that secret:
I have to sleep without no head, nor bullet in my mind

 

_________________________________________

 

Pleurs de peur

 

Peur. De ne plus aimer
de ne plus t'aimer
de ne plus en vouloir à la mort
de redevenir bêtement mortel
de ne plus pleurer
de ne plus etre dévoré par le besoin
de faire de la magie
de ne plus être a la hauteur
de tes inversions
inventions qui me taraudent
qui m'aspirent
d'etre sec comme un coup de trique
sans le regard de la Bique
peur de vivre simplement
en ayant tout oublié
en laissant le vent m'indifférer
devenir autre
sans supporter ce mal si bon
peur de ne plus avoir d'espace dans les yeux
d'écrire pour lire
d'écrire pour moi
sans toi je n'écrirai rien de bien je le jure!
je veux encore cette césure
saigner des petits scorpions
des pinces découpantes
en fuseaux de chair occie
je veux la disparition plate et uniforme
de mon être rampant
je veux une haine chaude et éternelle
qui suis-je pour vouloir?
tant pis
ça n'a pas de prix
Mefisto prends-la!
sans "ça" je n'en ai aucune utilité
donne-moi des rivières sans but
des entrelacs liquides de prières
pour me mêler définitivement:
définitivement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux