Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

  Sonner le désenchantement

 

  Notre vie n'est pas belle, inutile de mentir
nous courons bêtement, parce qu'il faut courir
dans les supermarchés, on peut trouver l'amour
au rayon crustacé, en faisant un détour

  Les dieux ont disparu de nos temples à néons
mais le pouvoir, l'argent, nous font nous dépasser
c'est ce qu'on nous apprend dans les collèges sacrés
où les élus sont rares et plutôt fanfarons

  Le futur nous promet des plaisirs accessibles
comme Harry Potter 7, l'augmentation du smic
pour atteindre le bonheur, nous devenons stoïques

  Mais le mot de bonheur en est presque risible
la civilisation le regarde avec peine
état hors de l'Etat, légèrement sans gène.

 

                                                                (à la M.H))

______________________________________________

 

  Fin de parcours

 

  Dans les rues tristes
nous sommes seuls
des solutions existent
au-delà des glaïeuls

  Au mur, en haut
d'autres vies végètent
leurs bruits ont eclos
quand la musique s'arrête

  Avinés, chaloupés
nos pas devinent la route
et nos envies sont absoutes
par le besoin de se concentrer

  Tout a fui ce soir
dans les rires sincères
et cette jolie nana en noir
et les pensées supers
 
  A quelques degrés
du coma, nous avons su partir
pour la maison, le devenir
d'un lendemain inespéré

  Maintenant, les pavés s'entrecroisent
et pisser devient pressant

  Certains abandonnent le mouvement
pour leur demeure sournoise.

 

________________________________________________

 

  Début de la Geste

  Ce matin est noir
derrière ma pupille
le soleil aigri, attaque
le café rayonne

  un hoquet de whisky me ramène en arrière
hier nous trouvions des choses à dire
brouillonnes

  Encore cette obsession: pourquoi je vis?
cet astre m'inflige des éclats brûlants dans mes engins de visions
je retourne dans la cafetière.

  Ah oui! il faut coudre les draps de l'évasion
sans jamais savoir où fuir
l'horizon est chargé de cent-mille volts

  Ces vêtements me grattent.

  Je suis décousu, c'est certain

  Qui sauvera Zelda? essence du rêve imposé
j'ai peur de la confondre avec une catin
il faut arroser les chatons, sinon, ils sèchent et crèvent comme des momies
vaudous.

  Mon téléphone sonne. La réel ainsi nommé prend contact.

  La théorie du tout est là, en bordel; mes organes se réorganisent.

  La cafetière est vidée
le soleil commun et indolore
mes pupilles accoutumées,
le monde devient sonore.

 

____________________________________________________

 

  Autobiographie de la folie

 

  Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un enfer lumineux, gorgé de
secrets espoirs, que la lecture de Rimbaud n'a ni adouci ni matérialisé.


  Qu'est-ce que l'Art? il faut demander à Dieu et à tous les démons ensemble,
car dieu est un sacré menteur; je n'ai pas fini Bertrand.


  Je cherchais ce qu'on nomme poésie, j'étais méchant
buvant au jus des pages comme un assoifé pathologique
J'en avais les muqueuses terriblement irritées
toi tu inclinais la tête, avec ce sourire bienveillant

  Rien ne s'achète de cet or-là! et c'est un or qui brûle les doigts
de toutes façons "rien" ne se vend
le bien-être est pour tout dire lassant
voici mes préceptes.

  Je te sentais parfois un peu inquiète

  La fumée âcre et nocive d'un feu d'appartement
montait souvent, philanthrope, jusqu'à mes narines
je courais alors comme un attardé exalté par une apparition divine
et puis une équation stopait mon élan

  Tes yeux m'ont offert la saveur des larmes

  Sous mon manteau d'apparat, j'avais eu beaucoup d'armes
une famille aimante, et de quoi aimanter quelques trésors
mais je cherchais les émanations de l'art, l'aura de son corps
des paupières géantes recouvraient mes yeux, comme un suaire vivant

  Nous avons donné une hécatombe de nos plus tendres années

  Rien. Hormis le bonheur putrescent
n'habitait plus mes veines, vaines
et les allers-retours aux enfers
rendaient notre corps assez pesant

  Tu avais trouvé quelque chose
un alambic un peu rouillé,
j'ai conjuré la gangrène
et fouillé sous ma cellulose.

  Le temps nous aura roulé dessus, que certainement
je chercherai encore

  Même si, il y a un salut
dans les parfaites mathématiques
que mes sens bernés ont entendu
ça n'est pas l'essentielle musique

  Je tremble encore aux tintements de la pierre philosophale.

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux