Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Abime floride

  La route est pourrie
pleine de fleurs éclaboussées
au destin peu enviable
sécables et peu jolies
le ravin invite à y pousser
ses bons sentiments
à s'y jeter tout en restant en haut
pour observer la déferlante de toutes choses inutiles
ce corps, les envies d'exister, de se fondre au soleil
de se laisser bouffer par les vers sympathiques, non mesurés
qui gigotent d'insatiable appétit

  Oui, le ravin invite,
j'ai reçu le bristol ce matin
une certaine esthétique
une calligraphie recherchée
l'oblique d'une bite
tout est à jeter
en gerbe
pas pour le geste, pas pour la beauté de l'Art
juste parce qu'il est trop tard

  Le train, le temps a passé
on a roulé sous les ponts
contemplé le vide florissant;
les fleurs n'ont plus de parfum
juste des pétales infâmes
le goût du dédain

 Ces fleurs n'ont plus de parfum
ni âme ni esprit
toute chose infinie est bonne à jeter
sur le route noueuse
et au coeur du ravin.

 

_________________________________________________

 

Quelque part

 

Ca doit venir de quelque part
cette teinte rouge azur
qui emplit les interstices
entre les mots
entre les doigts
qui filtre entre les os
et qui dure, qui dure

  Ca doit venir de quelque part
tout autour
des danseurs sans malice
des robots vivants qui gravent l'air lourd
de leur pas sans fondement
sur un chant presque mécanique
atroce et inaudible petite musique

  Ca doit retourner quelque part
vers vous qui êtes seuls
abandonnés par l'inconnu
les yeux crevés de ce que vous n'avez pas vu
cette magie dans un linceul

  De Nerval, Maldoror
du poète qui se tait
des strophes sympathiques
des veines connectées
au champ lymphatique
aux limbes des caducs

  Ca retournera aux enfers personnels
aux matières
dont on ne peut rien faire
et à toutes celles qui n'en veulent pas.

  Allées venues de haut en bas
des hara kiri
du rat qui rit dans les conduits crissants

  Ô massives lacérations
  Ô lacrymales incisives
  Ô liquides métamorphoses

  C'est de là qu'on ne revient pas
de la douce apothéose.

 

________________________________________________

 

A Loxias

 

C'est pas si facile de te crever encore
ô ma force
lyrisme grotesque
d'une joie hurlée la voix cassée

  C'est dans les vasques
que je danse
dans les yeux étonnés
devant des seins de madones modernes

  sous le rire des sternes

  Il faut verser au sol
tout l'alcool
et battre des pieds
déranger les absents
qui n'ont plus jamais tort
les crever encore
s'enticher du crépis
du H2O à mes paupières
aimer la psychanalyse
et l'adultère

  Dans une faune désignée de skinheads
de romantiques corsetés
face aux bas érectiles
dans la puissance des fragiles
je me retourne le ventre
j'articule des onomatopées:
 -Opa! Opa! Opa!

  Et même si c'est un peu tragique
ben faut croire que j'ai pas honte!
que c'est beau, et même que j'y trouve mon compte

  Tu es là toi, avec tes mots d'ailleurs
tes obliques tordantes
ta saveur
tu es là toi pour bien longtemps, jusqu'à l'inflation finale
du rubicon cuisant
du dieu chaud et noedal.

 

________________________________________________

 



  Bon, le sens nous échappe-t-il encore?
l'eau se barre entre nos doigts
la lumière se répercute en silence
tout vient et file vers l'abysse

l'abysse, comme on se le figure
le deuxième à droite, sur les six cent soixante-six
c'est pas si dur,
on sait tous compter jusque là

  jusqu'aux covalences
de nos gueules sensibles
de nos interconnections qui ne riment à rien
il y a un sens, mais ça n'est pas bien crédible

  c'est à créditer sur le compte
de nos approximations amoureuses
d'un élan vers le vide vitupérant
des déclarations calamiteuses

  la communication n'est pas inutile
à la reproduction, aux mains-courantes
donc pour remplir les trous, ok
mais ça ne fait pas sens.

  Heureusement, la thermodynamique
la science de l'évolution trouve une direction
mais à y voir de plus près
ben non, ça n'avance ni ne recule pas

  identité des mouvements
dans ces circonstances-là, comment croire à nos cervelles?
le sens s'échappe, y'a même plus de réel
quelques équations subsistent, un temps encore.

  Tout cela finira mal, mais cela finira-t-il?
rien n'est moins sûr, s'il n'y a ni début ni fin
si c'est un amas entrelacé... il reste toujours les miroirs
le talent de certains pour les perspectives,

les anamorphoses
les délimitations sophistiques
Aristote et sa trinité
l'absolue nécessité
d'observer ce qui se décompose.

 

_______________________________________________

 

Il faut être dur comme des diamants
se souvenir qu'on était charbon
qu'on a souvent flotté à la surface
des rivières opaques et dégueulasses

  Il faut des doigts comme des faux
pour se ficher dans l'écorce
se péter les veines cave
tirer le bon vin et se saouler de sa force

  Oh mais ça ne mène à rien!
ou à se percer la sclérotique
sans dire quoi que ce soit
ou se perdre en jugements esthétiques

  Être un chiffon brûlant
au cul d'un mâtin
gueuler avec les autres chiens,
c'est amusant, oui, amusant

  mais ça ne mène à rien

  -"Dis ma soeur, as tu une âme?
  -"J'en presse le jus pour cette épigramme:

    Descends-moi en flamme,
    ainsi l'enfer satin".

 

_________________________________________________

 

Traditions

 

C'est classe tous ces clashs d'atomes
les frou-frou en gesticulation
en gestations autonomes
au coeur des lasers indolores

  un magicien semble s'éclater
il écrase ses doigts sur des molécules stables
et disparait dans une pénétrable fumée
y'a aussi des toupies un peu ébrechées.

  A côté, les existences se sucrent l'estomac
ce rituel mérite le respect
il y a des tribulations de l'un à l'autre espace
des regards à ne pas croiser, regards coma

  Silence surfait, sorcellerie!
les êtres se figent, le manitou sourit
puis remet en branle le séisme organisé
tohu-bohu des origines ou final syncopé?

  en tous cas la nuit synthétique prend fin
les étoiles se ramassent à la pelle
des semblables s'observent, s'interpellent
le chaos se répand, le haut ciel revient.

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux