Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La lune pleure

  Le lune est bleue,
le ciel de marbre;
sur l'astre glabre
danse un étrange feu

  La blonde cyanosée,
embrasée, est seule;
féline elle feule
son chant étranglé

  Ronde orpheline
tu dodelines
draconitique
triste et apathique

  Cette lumière
qui t'ensorcelle
nuit-rouge révèle
ton récent calvaire

  Lune bleue irisée
de stries liquides,
Belle scarifiée,
tu tournes à vide

  Ton ivresse veuve,
ellipse d'un tourment;
tu rêves maintenant
d'une amour neuve...

 

_____________________________________________

 

Un coup à prendre


  La mort est un processus qui se répète
inlassable, elle nous plonge sous terre
nous chope par la tignasse et tire
les os suivent en craquant, le corps crépite

  En trombes de poussière on s'agite
la gueule remplie de vers, de tourbe et d'ariette,
les petits airs gais et fétides qu'on expire
justifient la macabre gymnastique

  Alors on voit, on revoit le soleil
extatiques, béats contemplatifs
il y a l'écorce, le crépi vert
de quoi s'étouffer de visions vermeilles

  Ah chaque jour revivre,
puis expirer en condensations sirupeuses et remonter vers
le matin sifflant sur nos tifs
yo yo du sang, gravitation à se muer en givre

  Fondre de nouveau quand le bleu enveloppe
nos ellipses orbitales
ces organes fatales
qui nous laissent souvent en syncope

  J'ai le hoquet de la mort et de la vie
ma respiration trépigne
elle attend la maligne
ce soubresaut, cette mortelle manie

  encore je crève
et puis c'est la relève
j'aime, je vois ce monde
et ce soir, toujours, je tombe.

 

_____________________________________________

 

Tous au Diable

  J'ai besoin de nourriture
de corps démembrés
de somptueuses pourrritures
pour exciter mon destin vicié

  Estomac de monstre antique
je ferai peut etre des enfants
afin de me remplir le grinçant
de moëlle substantifique

  Chronos, Atrides, Incas
comme je vous entends
cet appétit des plus brûlants
est le plus criminel repas

  Nous serons jugés à la balance
des âmes perverties
maudits pères invertis
qui savourons notre infâme pitance

  Oui, il faut que nous tuions
ceux qui nous aiment
les Belles, nos rejetons
ou nous nous glaçons du carême

  C'est un bien triste sort
qu'il faut humblement supporter
à moins de s'adonner à la douce mort
qui viendra plus tard nous enivrer

  Mes fils, mes amis, mes frères
n'ayez contre moi le regard endurci
car si je vous ingère
Diable en aura plus tôt de moi merci.

 

_____________________________________________

 

Mauvais je

 

La haine, la colère, mes émotions chéries
à mettre en équation avec la pure beauté
des séquences de douze, de huit
des tresses entrecoupées, armées

  Faire le mal, des mots durs, buter la naïv'té
enlacer une femme, frapper
pourquoi est ce que je bande quand je deviens violent?
ça plait, Nature: coeur en ciment.

  Origine lointaine, c'est tout ton mystère
atroce réalité, enfouie
dans les strates du crime, passionnant calvaire
je vais, je viens, ah... Ca ceint!

  L'incarnat irrigué de puissance solaire
des folles me disent lumière, ah bon...

  Cinq pas sont à faire pour aborder le meurtr'
un deux trois quatr' cinq

  Parfois je suis un pleutre, je crains la poésie
je décompte le temps

  J'aurais voulu être bon, n'être que douce saveur,
pourtant: je suis un mal heureux.

 

______________________________________________

 

Regression


  le flux frémissant du temps
m'effraie souvent aux abysses matinaux
quand la lumière poussive
s'affale sur nos orbites

reviennent ces souvenirs comme des pubs
d'un autre siècle
anachroniques et décalées
des envies de Père Noël

ce n'est pas à pleurer non
parce qu'on est transfiguré
canal lacrymal muré
et les cheveux blancs en ordre de bataille

le limbique nous ordonne
des vasodilatations émotives
des voyages sans objet
juste pour le plaisir d'être effaré

les enfants nous passent le fil
de l'épée, de l'aiguille entre les pores
c'est le mal tout puissant
des avenirs décharnés

la nuque contorsionnée
vers le passé cousu de fil blanc
haut-le-coeur
et souffle entrecoupé de hurlements atones

et la terre tourne
on dit qu'elle tourne
ou bien c'est l'univers qui nous dépasse:
il fuit à rebours dans la glace

on se préserve de la folie
pour d'obscures raisons sociétales
alors que les imbrications de la conscience
tendent vers cela

la folie n'est jamais douce
mais c'est un rempart sensitif
unique lien genitif
d'avec le passé immonde

je cherche ma forme ancienne
dans une maison délabrée
elle doit s'y trouver à l'aise parmi la poussière
ma vieille peau humaine...

 

______________________________________________

 

Manifestation


  Tonnent encore ces éclairs de voix
dans ma conscience sale, usée
entre les croûtes nuageuses et méningées
de la magie mal finie en moi

Il y a comme un séisme constant
fourmillement aux pattes de plomb
sur cette route tectonique qui transpire
des flaques synaptiques

  L'orage est magnétique, teintes violacées
un visage de mort, serein
aux traits secs et entrelacés
gravite en mille contrepoints

On voit que la terre s'élève par endroits
elle dessine des inconnues
dans les craquelures plongeant en coupes
c'est énigmatique et chairs frissonnantes

  Le haut, le bas
communiquent leur vivante électricité
je suis au milieu
ce doit être une erreur
mais je suis là, il faut bien assumer
mes souvenirs hasardeux
l'émotion chaleur

  Une bible est tombée
ou a jailli du sol
averse de sang stratifié
sur les pages de terre molle

  qui saura lire
réecrire, répondre aux lourds questionnements?
la tempête emportera toutes ses hésitations.

 

__________________________________________________

 

Jérémiades

 

Mon adn est modifié, altéré, transmuté
à cause d'un regard, de quelques mots-poison
je suis un mutant au devenir incertain
un amour nocif irrigue mes veines saillantes
ce que je fais ici, parmi vous
est si incongru
si dépourvu de sens commun
ma grand-mère dirait que je travaille du chapeau
si encore ce chapeau m'appartenait
il me semble qu'un instant
j'ai été parcouru d'une vibration rare
chérie tant que je l'ignorais
aujourd'hui c'est un bazar
une conflagration triste, un bordel récurrent
j'ai le souvenir d'une améthiste
un éclat précieux que vos yeux ont raté
plus que le souvenir, j'en conserve le poids
la présence en creux
un débit énorme sur mon compte en banque émotif
je vous le dois ce débit
et je ne sais de quel or rembourser
la bourse est si volatile
mon talent à versifier, versatile et putatif
Villon se fit pardonner d'une ballade inoubliable
mais moi, je n'appartiens déjà presque plus à votre race
nos points communs ne sont pas flagrants
je tombe en disgrâce
avec un sourire que je voudrais charmant
si la corde devait bientôt m'enlacer,
priez dieu ou qui de droit
que j'eusse pu au préalable vous payer de ma dette abyssale.

Ecrire est une atrocité
c'est un crime contre ses tissus
contre ceux qui ont le tort de nous aimer
à l'encontre de ce qu'on a pas vu

Ecrire est une banalité
comme la mort quotidienne
un vol à l'étalage des perceptions incolores.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux