Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 Concept, deuxième tentative

 

  J'ai vu la vérité
et j'ai craché dessus
bave acide, métallique,
et depuis, elle a fui

  Fui en laissant une trace
serpentaire, sinueuse
en contrepoint tissé
elle attache les espaces

  Au centre, je n'les vois pas
mais cent éléphants chantent
sur un petit brin d'herbe:
les mathématiques mentent

  Tout autour un feu bleu
ramène vers le milieu
les pensées, l'existence

  J'ai saisi ma chance
le diable par la queue
inventer l'unité

  Et ce n'était pas ça
mais plutôt la même chose
un sens tout différent

  Mais l'interdépendance
des notions fluctuantes
belles métamorphoses
ensembles et mouvements

  Oh! le vide se remplit
comme un fil se dévide
j'aime voir cette folie
vacuitaire et languide.

 

___________________________________________________

 

 Jeu Interdit

 

  Veux la mort du je
en nourrir des carcasses d'oiseaux
qu'il fonde en fumier, en quelconque terreau
veux sa disparition au profit du sens commun
et du Beau
hola! Enorme mon je! Qu'il
crève.

  C'est pas tout d'avoir une grande gueule
des boutons d'ssus, un peu de répartie
une queue des yeux plus ou moins ronds, un coeur
une porte en bas; c'est pas tout non.

  Pour l'humanité ça suffit, certes
mais pour titiller cette idée du Vrai
du juste là, en plein d'dans
incisives plantées dans le bout de gras clignotant

Graal et compagnie
parler de sang bien pur
s'adresser aux gens qui ont des coudes serrés
crains qu'il n'en faille plus.

  Veux la mort du je!
Pieça! désormais, dorénavant maintenant
navrant
et les organes reproducteurs planent dans le soleil matinal

  cette pute aussi
les assassins de masse, téléguidés
les clodos
un philosophe, un bouddha
tous le veulent aussi

  sans ça, crois qu'on est si bien
si léger
flatulence champagnée
absorption de la moëlle par les environs

horizon scintillant
chant nuptial de la nature et du vent
correspondance lacrymale des cheveux et du sol indépendant
waouuuuuu, prends en plein les mirettes

  C'te vieille tête devrait parvenir à une telle
dissociation.

 

___________________________________________________

 

 Oui, voilà.

 

  Alors voilà, tout est là
c'est un peu pesant au laser des visions
s'il faut le dire encore
avec des échardes dans la voix
face à tous les morts rieurs
s'il faut montrer du doigt
bien que ce soit impoli
comme un diamant trop brut
vulgaire même
aussi
on prendra nos responsabilités criminelles
pour se lancer dans l'océan interdit
quitte à se bouffer la vague
en pleines gencives
c'est antiseptique
et prometteur

  Ah, se noyer dans la chaleur glacée
des courants changeants qui mènent au lointain
le tourbillon
la roche au tréfond
que l'on devine depuis la surface sans mot
tout cela est fascinant
à y perdre l'inconsciente raison

  Alors, oui, tout est là
c'est sûr
on nous l'a dit depuis le début
nos mains à tâton
le bout de la langue inflammé
si on dessinait dans la nuit sur les cailloux
avec notre bave, babille, malade

  Ou bien jouer aux billes
sans règle évidemment
le désir de vie nous ment
c'est pour ça qu'il faut dormir
un peu
absoudre les paupières
se changer en poudre
un jour dans le vent.

 

___________________________________________________

 

 Résumé de collision

  Aaaaaah! Ombilique Somptuosité!
je ravale mon Nerval
sur la façade pleine de sang
d'un Maldoror alangui

On parle, on parle, on parle
y'a de l'alcool aussi
pour imbiber nos mots si banals
donner du coeur aux choses informes qui viennent comme ça.

Je sens que ma pensée s'abîme
est-elle faite pour ça?
la conquête d'une surbrillance débile
ou la moulinade vérité?

Lui, il saigne la nuit
depuis ses yeux vairs
les trucs qui encombrent son existence

Moi, non.
Ca vient quand le jour se crève à faire sourdre
les scories nouvelles issues d'hier
en une toute nouvelle poudre.

Enfin bon c'est pareil, on se tue à tout dire.
Et patati et patata
et moi par-ci et moi par-là
et le moustachu déraisonnable n'était pas nazi
et le juif hollandais avait presque tout prédit
de l'Homme, de sa nature idiote
et puis Schopy avait peur;
petit passage par le tonneau
par la bouteille également
c'est qu'un verre, comme un vers, ça tend à se finir
Satan fit un détour d'une seconde poser sa question perfide

moi je dis -"la mort, c'est la perfection de la vie,
je ne transige pas avec ça, demmerdez-vous".

L'idée fait débat.

  Ma nana, la The Nana, de bouclettes serpentaires,
d'un charme de campagne aux aurores,
n'est pas tout à fait d'accord sur tout
mais de toutes façons, elle a le plus souvent raison
elle, je l'emmerde parce que la beauté, l'intellect
ça fait pas tout
et puis faut se détacher un peu, sinon autant atteindre de suite sa
perfection,
bordel!

 

_________________________________________________

 

 Insensé


  Je baignais dans le liquide amniotique
la bouche pleine, torsadée
de piques et de fer forgé
je fus expulsé par un choc anaphylactique

  Le monde
le roulis du souffle spatial
les échos en gifles sur nos ossements
la contamination
tout cela en cadeau

  La parole
donnée au chien intérieur
lever la jambe pour désaouler
il ne m'a manqué que...
L'essentiel
l'essence du ciel

  D'autres ont tout eu! Grand mal leur en a fait
subir des vertes
et des immatures
des plantes poussées depuis la voûte plantaire
jusqu'à décharner la nappe blanche
qui recouvre le coeur du système

  Le toucher
m'a montré que
ben oui
cet object infini, rugueux comme l'amour d'un père
apprend que la vie est toute
petite,

en comparaison bien sûr.

  L'oreille aux murs
les otites
enseignent que les choix esthétiques
sont souvent douloureux
même si il y a de douces musiques

  Il y a des artistes complets
ainsi que des tortures très raffinées.

  Le nez
nom de dieu!
ça ça vaut le coup
pour le vin
les devins
les creux, espaces flottants dans la matière
qui se dévide
odorifère
et puis elle hameçonne les souvenirs
même que parfois
ils n'ont pas eu lieu

  Alors pour parachever
reste le goût de la cerise
des temps qui nous passent sous le nez
en laissant une saveur
à s'en faire des paracha.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux