Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

   Petit
objet pur et malin

  Pour toi
j'ai des spasmes d'obsession

  Je gueule
mes testaments idiots

  Mes chairs
guettent leur dissolution

  Petit
objet pur et malin

  Eclair
de mes enfers éclos

  Petit

  Pour toi

  Je gueule

  Mes chairs

  Petit

  Eclair

  Objet pur et malin
j'ai des spasmes d'obsession
mes testaments idiots
guettent leur dissolution

  Objet pur et malin
de mes enfers éclos

 

________________________________________________

 

Tempus fugit

 

  Mais nous ne trouvions pas.
des barbelés dans le regard
nous rouillions l'un dans l'autre
autour, des gosses braillaient.

  Et quoi, bordel?!
Toute notre finitude d'oeuvre exemplaire
cette perfection à gerber
notre nombril qui bave des appartenances à chialer tôt le matin
tout cela ne déboucherait sur rien?

  Nous cherchions
je jure que nous cherchions
et le paradis faisait des effets de jambes
dans une résille de saucisson

  Les monstres sont séduisants, c'est un fait
avéré
reconnu des psychiatres
pupille folle! je te jette sur le mur
pour coincer ta liquéfiante féminité
et, oh! tu meurs un peu en frissonnant
c'est facile mais plaisant

  Ce n'est pas ça qu'il faut trouver, nous le savons bien.

  Mais nous ne trouvions pas.
des barbelés dans le regard
nous rouillions l'un dans l'autre
autour, des gosses braillaient.

  Lever le viseur
armer d'une conscience brûlante
et se tirer un obus dans le pied
pour sentir
nous y songions sérieusement

  Les vieilles pages craquellent
et fouettent leur odeur toujours nauséabonde
toujours
efficace:
c'est la mort, ce remugle qui fleure si bon!

  Je ne savais pas, je ne savais rien
combien tout est déjà derrière
et les châteaux en Espagne, et la gentille épicerie au bout de la rue
les jeux d'enfants
la chance
de vivre

  Et nous n'avons presque rien trouvé...
les barbelés dans la pensée
je m'oxyde lentement
les gosses braillent de moins en moins.

 

___________________________________________________

 

Origines

 

  Voici la plaie que je chéris
nécrose
embryon de vies multiples
effervescence de riche souffrance
chaque petit picotement rappelle combien
nous sommes existants
en infinie interaction avec l'extérieur
combien notre violence
est fragile
nos pensées
tactiles
Peut-on se souvenir de la douleur première?
initiale? Celle qui nous fit?
qui nous fit hurler au crépuscule de notre être
crépuscule du début
crépuscule de la fin
et au milieu
un long,
long cri
qu'il faut articuler avec le plus de sincérité possible
et un peu d'élégance,
si possible de panache.

  Les blessures sont à exposer
bien sûr
depuis le Golgotha
jusqu'à ces murs d'ombres d'irradiés.

  Parfois, j'aimerai écrire avec mon pus.

 

___________________________________________________

 

Solitudes du Néant

 

  Rien ne m'appartient
même mon orgueil
même cette formule
de ma conscience induite dans le feu de la vie
je suis un passager
à peine un matelot fier de vivre l'azur des océans
mes gueules de bois non plus ne sont pas éternelles
et ne m'appartiennent pas
mes amours sont sûrement factices
tour à tour sèches ou bien suppurantes
jusqu'à mes mensonges qui sont impermanents
et de circonstance
la plupart de mes phobies, je les ai volées

  La deconstruction de l'être est un travail de longue haleine
qui voit un jour une apothéose de dissolution
dans les matières qui nous semblent meilleures
tout cela n'est qu'un point de vue
discutable
le ciel n'est pas bleu
pourtant nous le voyons bleu
étrange
les anges hurleurs, les banshees, n'existent pas "vraiment"
pourtant ils nous caressent de leur chant
quand nos yeux découvrent des choses à voir
quand le réel, nommé comme ça par inadaptation des mots,
laisse tomber à terre ses frusques de grand couturier

  Je ne suis pas Franc-maçon
mais l'architecture me passionne
celle des bois qui se transpercent, de l'organique possibilité
de dresser un obélisque
pornographique

  Mon Dieu!
quel malade mental!
Et ce cerveau qui s'invente des chemins
des amours
des connexions transversales

des points de fuite
et des pathologies

  Voir
  Pietinner
  Pleurer

  Chérir la perte.

 

___________________________________________________

 

Condition humaine

 
  Ah, mes frères
  nous ne nous aimons pas, n'est-ce pas?
nous sommes trop semblables dans notre périssable conscience
d'être
  dans nos jonctions approximatives
  dans nos cultures opposables et phagocytes
  dans nos inexprimables sensations de malaise
et d'impuissance

  J'ai un chat
  génétiquement, nous sommes très proches
  pourtant, qu'est-ce qu'il est con:
infoutu de me réciter un vers entier d'Artaud ou de Villon
ou même de calculer une intégrale
remarquez, moi non plus, mais avec un peu de travail, je pourrais.

  Nous plaisons à nos femmes,
c'est déjà ça
mais nous sommes faits pour ça, donc rien d'exceptionnel.
Il est dans l'ordre des choses que nous possédions une voiture,
que nous trouvions un métier, que nous choyions nos connaissances,
que nous exprimions nos avis sur des sujets un peu futiles, que
nous déterminions si la peine de mort est une bonne chose ou non.
Ce ne sont que des exemples, bien sûr.

  Et puis d'un point de vue strictement personnel, nous avons à
choisir si nous allons plutôt vers une destruction accélérée, via
l'alcool et une vie débile ou vers un ralentissement maîtrisé, mais
aussi peu fiable que la destruction accélérée, du processus de mort qui
s'est enclenché à notre naissance, cela par le biais du sport et d'une vie
que les médecins qualifient de "saine". Sachons-le tout de même, Dieu
s'en branle tout à fait.

 Ars longa, vita brevis.
Bof.
L'art n'est que le message que nous laissons à nos survivants, pour leur
rappeler que la vérité n'existe pas, et qu'on peut bien regarder avec ses
genoux plutôt qu'avec ses yeux, que si Dieu existe, c'est un sacré rigolo,
que l'érection est une bonne chose, que la masturbation ne fait de mal à
personne et que les tartes aux fraises, c'est bon, dans le cas où nous
aimions les tartes aux fraises. L'Art sert aussi à mettre d'autres mots sur
ce que nous ne comprenons pas très bien, mais qui nous fascine.

 

__________________________________________________________

 

  Post-modernité poétique

  La poésie moderne ne peut pas exister
édicter des règles est une infâmie
nous manquerons d'essence parait-il
Et alors? ? Nous sècherons au vent de notre immobilisme

  Un flash d'envie m'a parcouru
subit et bleu
je me suis cru enfin en possession de mes moyens
ça a duré moins d'une minute

  Je ne prèche ni la vie ni la mort
ni les prèches
mais je pensais avoir des choses à vous dire
ailleurs
que sur Facebook
pas trop grave comme erreur
me diriez-vous
si nous ne craignions pas tant de nous causer
des interactions

  Et??????
Qu'est-ce que cette gueule de lamproie
aux dents de scie circulaire?
un tunnel de charpie à traverser
la bave aux lèvres
une bave cristallisée avec, en miroir, le monde autour
répercuté en mille petits prismes de véracité

  Utilité de la poésie? un peu moins que l'air qu'on respire
certes,
mais
hormis ces précieuses molécules
hormis la fin d'activité de nos fonctions organiques
rien ne compte VRAIMENT
Rien, mes frères:
ni Dieu, ni nos croyances fluctuantes, ni nos certitudes alambiquées
dans le laboratoire de nos perceptions relatives
la poésie n'est qu'une arme à communiquer
un long canon pointé sur la tempe
de l'humanité
au moins les autres animaux sont tranquilles.

  La poésie moderne c'est de la foutaise,
seule compte la possiblité d'un traversement des chairs
rectiligne, direct
pour impacter nos trois cervelles
dévier le cours normal de la pensée;
c'est aussi la preuve que l'amour est une illusion utile à
la péperpétuation de l'espèce,

rien d'autre.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux