Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Le bateau vivre

 

Un bateau a sombré au large
rempli de tous les poètes échevelés
la poésie est elle morte aussi?
l'écume nous le dira

C'était une embarcation fragile
qui voguait trop nonchalement
une vague malsaine et habile
l'a coulée comme du ciment

Certains chantaient, d'autres non
les muets mangeaient les premiers
espérant survivre de part le fond
grâce aux mots nourriciers

Bien sûr il n'y eut pas de survivant
à cause des squales et de l'asphixie
les requins ne respectent pas le talent
et il n'y a pas d'oxygène dans la poésie

Si l'on en croit Lautréamont,
rien n'est perdu, il reste des vérités simples
le sens rotatif du syphon
l'architecture d'un temple

Mais s'ils avaient avec eux
tous les vers, les sons mélodieux, les rimes
l'alchimie des abimes,
au mondes inconnus il faudra dire: adieu.

 

__________________________________________

 

Prophétie

 

Sur cette plage gît
l'enfant abominable au sourire charmant
il a tué la vie
de sa folle présence, de ses gestes maudits

  C'est dans la cervelle
les organes inutiles, les pensées pourrisantes
les mondes irréels
aurores confondues au sable, à la mer démente

  Sur cette plage gît
tout amas ensemble, dangereux amalgamme
futur déjà sali
et l'écume active lèche d'avance le drame

  Qui vient en reculant
sourde introspection des questions invasives
ce n'est plus un enfant
c'est l'assassin tranquille aux passions impulsives

  mais ce corps est couché
il attend le ressac
la lame aiguisée
qui le mettra à sac
qui lui fera payer
son crime d'orgueil gratuit
qui va l'envelopper
pour les jours et les nuits

  Sur cette plage gît
la mortelle étendue, sa tête déjetée
vers l'horrible sursis
la joie sale, les couleurs et le temps vont passer

  Il sera encore là
coquille vide et nacrée en décomposition
son unique globe flot'ra
sur l'onde intouchable, noyé dans l'horizon.

 

____________________________________________

 

Obsequium amicos

 

Je suis seul aujourd'hui
avec bien trop d'amis
tous ceux-là veulent mon bien
dont je ne ferai rien

ils m'appellent, s'inquiètent
lancent les "quoi de beau?"
tic qui me débecte
ces rapports sont de trop

non aux copains d'abord
aux tentacules du coeur
être seul est un bonheur
une liberté trésor

la franch' camarad'rie
peut servir à l'armée
mais nourrir l'amitié
est une belle connerie

arroser cette plante
chaque jour de preuves
et comme chef d'oeuvre
elle devient grimpante!

pourquoi s'asphixier
de sentiments coulants
quel est cet interêt
qu'ont les gens pour les gens?

 

________________________________________

 

Régler ses comptes

 

Les beaux alexandrins ne nous ont rien appris
hors le sel sur la plaie, la maîtrise de l'ennui,
à mourir au milieu pour se sentir revivre
et plonger de nouveau, à la fin, sous le givre

c'est une guerre ordonnée où les héros paradent
en mythomanies fières ébranlées par le style,
en cercles vicieux s'activent au peristyle,
ils attendent leur mort au détour d'une rime fade

On parle d'inspiration, des muses, de leur chant;
mais de l'expiration, du souffle articulé?
c'est aussi un mystère comme les muses enculées

je comprends le mépris, Lepetit arrogant
les poètes constipés, leur sourde déchéance
mathématiques coquettes, vous êtes suffisance!

 

_____________________________________________

 

Tribunal

 

Je me plie à certaines lois
venues du fond de la pensée
trois ou quatre sont valables
les autres sont toutes à jeter

  Je ne sais pas vraiment pourquoi
ma rebellion courbe l'échine
ma cervelle est maléable
je la broie dans la machine

  Il y eut des dieux, des maîtres
quelques fulgurances rescapées
revenues des monts escarpés
comme déferle une avalanche

  Deshérité par mes ancêtres
qui m'ont exclus de la famille
j'm'accroche à l'arbre, à la branche
dans mon cas, c'est une ramille

  L'oeil poissonneux d'Abel nous mate
nous les traîtres, les gais assassins
mirage du Parnasse qui s'entrouvr'
c'est un caveau qui se dilate

  Et la momie, et le vampire
et sangsue et zéphyr malin
et le faune au rire de vouivre
en cercle contre nous conspirent

  -"Sans génie, sans réel malheur
la porte vous restera close!"
le dédain des grands est une chose
qu'on oublie vite face au seigneur.

 

__________________________________________

 

Complainte

 

Moi aussi je voulais du beau,
du bon, du sang noir crépitant
qui exalte l'invisible
statufier le vent appelant

  Me déchirer en cent morceaux
en prismes d'evanescence
pour les doux regards sensibles
des Belles et de leur démence

  Si, je jure que j'ai essayé
même en me nouant les tripes
en testant tous les principes
et les plus mauvais procédés

  C'est un combat inutile
il est danaïde et futile
mon tombeau rieur est en marche
le plus fun est sa démarche.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux