Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 16:39

 

 

  Au fond du verre à pied, les paroles ont cristallisé
avant d'être bues
petit lait vitriol
j'arrose mes détritus d'un espoir critique
enchâssé dans une cérémonie redite, et redite

  Communions dans l'esprit des temps foireux
face-à-face avec nos idoles hirsutes
vendues comme des petits pains bénis
par nos Américains
anciens maîtres de monde
qui n'ont laissé qu'une trace hertzienne, pas même numérique

  Au fond du verre à pied, nos paroles ont perdu toute métrique
après qu'on les a lues
petit lait vitriol des poètes enfouis sous le sable de l'incompréhension
arrosons nos ordures, ensemble, cultivons
notre regard cynique
encroûté dans notre cellulose flaccide

  Chantons, car nous sommes ivrognes
enivrés de ziklon Bizarre
bizarre ce qu'on a appris à l'école
à l'école du "par coeur", où il est clair que notre race est pourrie
jusqu'à l'os
des plus anciens aux futurs
prions qu'on enseigne toujours les saloperies, au moins!

  Au fond du verre, l'évidence flétrie, pas de quoi pleurer cependant
la lumière des ampoules économiques produit quelques avatars
prismatiques, avec ça
et quelques Chinois, on sauvera un bout de la planète
c'est pas si bête pour
deux ou trois enfants difformes

  Apprenons-leur combien nous fûmes lâches
accrocs au bonheur, à la mode qui meurt aussitôt
combien nous nous laissons infliger de moratoires
par incapacité à lever les bras

  N'oublions pas les Egyptiens esclavagistes, les Grecs barbares, les latins
voluptueux, les Croisades diffamatoires et inquisitrices, les Incas
hémoglobineux

  Et levons le coude à nos poursuivants
qui déshydrateront nos souvenirs glorieux

  Sic.

____________________________________________________

 

 

  Sixième point de suture

 

  (VI)

  Jamais
je n'ai cru que derrière le mur verdâtre de ma possible identité
se trouvait le sentier arboré de la communication
vers l'au-delà
est-ce un crime?

  Nous pouvons être les bourreaux
au courroux dévastateur
celui qui découpe les matières vivantes sises face à notre amour
cette possibilité n'est pas de celles à écarter
après la constatation de notre impuissance
qui sait ce qu'il restera de la fabuleuse humanité

  Demain
je serai meilleur
j'aurai fait mes 70 pompes
écrit une ode à la gloire de tout ce que je ne vois pas
demain
je serai humain

  Mais
cette nuit est unique
dedans mes alvéoles,
des choses à ne pas voir réclament leurs droits de l'homme
une lame me fait de l'oeil
la lumière s'y prélasse
cette dualité ne doit pas être un cercueil

  Débattons
de la substance ondoyante sous le derme
ce souffle crétin et bondissant
qui enveloppe le peu qui nous reste
c'est à hurler
n'hurlons pas

  Enfin!
L'esprit contestable hoquette
quand il se regarde
la chair hagarde

  Et pourtant
cette inflexion de notre atrocité
s'ingénie à démontrer l'amour, son existence
le dieu qui s'accorde à briller
dans nos souterrains puants

  Mais voilà
mais voilà
l'obscurité est écrasée sous le poids intense
d'une promesse
crédible comme le jour.

 

______________________________________________

 

 

  Loterire


  Moi, j'ai tout eu
les dons, l'intelligence, une force, la beauté
les Muses sur mon berceau ont bien ricané
peut-être avaient-elle bu

  Sentier de chagrins sincères
les pleurs d'une mère
des tas de jouets, une cour de récré à envahir
l'Amérique scintillante à découvrir

  Des adjectifs en cascade;
existence vraiment sympa
j'ai aussi hérité d'un solide palais de déglutition
une amitié avec le whisky

  De bons génies m'ont confié quelques secrets de réussite
des tours de passe-passe

  Qu'en ai-je fait?
un ramassis fantasmagorique
des cosmogonies étriquées
c'est un peu pathétique, je vous l'accorde.

  Dans l'arène, je revêts une armure de Héros
leurs armes sont incroyablement lourdes
les ennemis minuscules
pour les empaler
c'est ridicule

  Peut-être n'y a-t-il pas d'ennemis
pas plus d'arène non plus
que de beurre au cul
des fistules

  Je ne peux donc rien conquérir?
Et dire
que j'ai tout eu
les Muses se sont bien foutues de ma gueule.

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius
commenter cet article

commentaires

Nounedeb 24/01/2011 10:36


Re. Mon digitus a fourché: je voulais mettre "bousculée", mais en fait, bascule, c'est pas mal. J'ai l'impression d'être une funambule. Un désespoir ancien, voire natif auquel s'ajoute un profond
pessimisme actuel, est contrebalancé par une joie profonde que j'ai appris à cultiver, qui me donne un grand sentiment de liberté, qui m'empêche de sombrer dans je ne sais quelle déprime ou folie -
de lucidité aussi qui, c'est vrai n'arrange pas les choses. Bref, je ne me sens pas capable d'écrire là dessus. Mais j'apprécie qu'on le fasse, et bien. Bonne journée.


ignatius 25/01/2011 11:02



je m'étais douté, mais "basculée" ça sonnait très bien! J'aime bien aussi quand l'écriture permet de partager des choses pas reluisantes... à bientot



Nounedeb 22/01/2011 17:48


Salut. J'aime tes textes désespérés. En même temps ils me basculent par leur lucidité sans complaisance.


ignatius 23/01/2011 18:36



Sourire, j'espère ne pas avoir le désespoir trop communicatif (en fait, je mens là... rire)!



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux