Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 13:37

 

  Le dû et la fin

 
  Billevesée
de la poésie
j'ai cherché, promis
du bout des cils collés aux vitres
des champs expérimentaux
débordants de coquelicots
pavot du pauvre
de bras, de jambes, anéantis de bonheur
j'ai tendu la main
pour salir ces fleurs
et tout a basculé, la terre fraîche
les axes, l'équateur, les tropiques
en sinusoïdes coup de fouet
essence de colchique
évidemment mon coeur s'est arrêté
machinalement, crouic

  C'est le travail du diable qui m'inspire au réveil!
quand l'envie coule sur ma petitesse
quand parfois on cherche Hortense
cerclés de solitude, brimés par le soleil

  Les teintes obscures nous défigurent souvent
c'est vrai
et l'abîme au visage creuse un tas de sillons
aussi
  alors nous ne sommes plus exactement humains
pardi.

  De mes doigts monstrueux je lacère vos pétales!
substantifique moëlle, je caresse des horreurs
la sangsue alitée de mes vieux professeurs
et l'antique instrument au sexe phénoménal

  C'est tout?
on vit pour moins que ça
billevesée de moi
de la flûte de pan et de tous les pianos
et si mes tripes nouées jetées au creux des murs
ravissaient Duende planqué dans les fissures
je me serais buté pour un truc assez beau.

  Billevesée, billevesée de mes alexandrins!
de ma quête acharnée, de vous parler enfin
l'inutile nécessaire pour supporter de vivre,
ma tombe un beau matin resplendira de givre.

 

_____________________________________________________

 

  Il fallait la voir

 

  Belle douce et froide
comme la mort
insensible et cruelle
idem

  comme le givre tombé
sur un visage fin
inéxorable filet de soie
qui vient envelopper

  évidente et atroce réalité
une heure
après l'orgasme
rien qu'à la contempler

  Toute la glace contenue
sous la peau surgit
en infimes morsures
sifflées dans l'air

  à la voir comme ça
belle douce et froide
comme la mort
beauté léthale étalée

  Inéxorable
amour
enveloppe
givre tombé
évident orgasme
et glaciation
sur le derme
raide comme un drame
sifflement dans l'air qui chiale
elle est belle comme la mort
en fait
c'était la Mort.

 

___________________________________________________

 

  N'habite pas à l'adresse indiquée

 

  Ouaip ouaip ouaip
qui fait le poète?
sûrement pas moi
j'ai trop peur

  de ce qu'en pensent les concierges
de la conscience partagée
sur les sordides paliers
qu'elles assombrissent de leurs cierges

  moi je l'ai déjà dit, ignominieusement
je suis l'absurdité roulante de la nuit
blasphématoire et lâche et de mon doigt qui luit
je me plais à pointer nos touchants accidents

  Ouaip ouaip ouaip
pour la classe, voyez ailleurs
dans la section supérieure
des esthètes!

  j'ai vu des prophètes pourrir
accrochés à la lumière
d'un vieux dieu malsain, leur père
j'ai vu des poètes pourrir

  nous sommes des cancrelats cuistres et calculateurs
courant sur les cuisses d'Aphrodite effrayée!
et nous pérégrinons, beaux insectes rayés
au son des hurlements et des cris de stupeur

  Ouaip ouaip ouaip
il faut endosser
toute notre laideur
quitte à engrosser

  une muse tordue, un cep
honteuse et pas regardable
la fille ratée du diable
non ça ne me fait pas peur.

 

_______________________________________________

 

  Mise au point nécessaire

  Je fais de la merde
tous les matins, enfin j'essaie
c'est pas tous les jours facile quand on a
un peu d'ambition
reconnaissez ma performance, monsieur, madame, mademoiselle
elle ne pue pas autant que celle de Bukoswki,
j'en suis conscient
j'y travaille, croyez-moi, j'y travaille
de toutes mes entrailles
nouées, emberlificotées, ratatinées des fois
par ce qu'on subit
ce que VOUS me faites subir
ce que je ne parviens pas à vous faire bouffer
malgré un acharnement qu'on ne peut me contester
donc

  Je fais de la merde
torsadée, mise bout-à-bout
en alexandrins, octosyllabes, pentasyllabes de caca
ou en étrons plus libres, moins constipés
parfois, en petit pets d'encens
en fuite d'esprit éventé pour fleurer jusqu'à VOUS
c'est mon fil, mon arme
ma bataille
si, à une réception, une sauterie, un vernissage
une partouse
quelque nauséabonde émanation vient à VOUS effleurer
ne demandez pas d'un air faussement amusé
qui a dissimulé pareille abomination abdominale
elle sera mienne, et assumée, j'y mettrai un point d'honneur;
donc

  Je fais de la merde
toute la journée, quand je suis en forme
je me lave le moins possible
je veux exceller dans l'excrément -à Dieu ne plaise, ô lecteur
et ne crois pas à une lubie de poète, non je parle de puanteur
de ces amas excrétés depuis nos intestins sur l'océan parfait
de ton imagination
de chiure malodorante à la dérive
-comment? ce n'est pas digne? pas aimable?
voilà une bien drôle de manière de remercier le divin!
mes crottes sont divines, toutes les religions sérieuses s'accordent là-dessus
je ne demande pas qu'on applaudisse ni qu'on se prosterne
ni qu'on en fasse des reliques
reconnaissez seulement mon application,
donc:

  Je me concentre, je bande mes muscles
et libère mon sphincter, son énergie et
et
voilà.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius
commenter cet article

commentaires

el duende 21/03/2011 20:33


J'ai lu ça dans des chiottes : "là ou il y a de l'humain, il y a de la merde" (ou "ça pue la merde" Antonin Artaud. Enfin quelque chose comme ça ! Tu me confirmeras... :-))


ignatius 22/03/2011 12:01



J'aime bien les aphorismes des chiottes! Amusant, ce texte j'hésitais sur la place à laquelle je devais le mettre, mais au final je pense que quel que fût l'endroit où je le disposais, tout le
monde n'aurait relevé que celui-ci. Pour cette citation fort juste et amusante, je sais pas trop, ça ne me rappelle pas du tout Artaud, et pourtant je me pique d'assez bien connaître son oeuvre.
Je vais vérifier.


verification faite: "Là ou ça sent la merde ça sent l’être." Dans "pour en finir avec le jugement de Dieu".


Brava!



Tricôtine 20/03/2011 23:34


hihi!!! la dernière mériterait pourtant qu'on se prosterne, mais j'ai peur de m'approcher trop près en inspirer les pleines narines et tomber raide... un jour de printemps ? je préfère mettre mon
nez dans les fleurs !!

bravo pour ces quatre tirades qui m'interpèlent !! :0)


ignatius 21/03/2011 10:27



La boss de croqueurs demots en personne!!!!! Mein got!! sourire, merci de ton passage et brava pour ton humour!



Nounedeb 20/03/2011 19:27


Ca soulage, hein?


ignatius 21/03/2011 10:27



Exact, il y a de ça!



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux