Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 11:01

 

 

  Et quand
j'écris pas ce que je veux
des histoires simples pour enrichir la nuit
des muets
coeur pilé
ceux qui restent secs sur les joues

  que là, dans ce machin géant, infini de foutre et d'espace
qui va, voile enivrant sur nos faces
blanches comme le souvenir

  que là, juste sous les doigts la feuille vole
en direction de l'enfant au regard fixe
c'est le frêle silence solide

  oui quand je veux, bordel!
rien de somptueux, non, juste un peu de magie pour se prouver
la réalité ron ron

  étymologiquement, y a pas que le désir aride
de la communication craquelée
je je je tu tu tu, tu sais toi d'où ça vient?

  et que c'est déjà plus là
cette histoire que je voulais si simple,
je ne sais pas, je ne sais pas.

 

 

______________________________________________

 

 

  Thank you satan

 

  Le diable m'en a donné un peu
pas du tout
dans les couloirs exigus
des tunnels lumineux
un sol qui se dérobe quand se forment dans les nuages des créatures étranges
le diable m'en a donné
peut-être
des éclats à la Nina
la télé couleur de Janis
le sentiment d'être là là là
parmi les voix de tous les âges
le diable m'a donné quelques bagages pour aller voir quelque part
par-delà
il m'a donné une nuit interminable éclairée par des halos
de chair calcinée
une odeur que je garderai
dans les jours falots
il m'a donné d'être un peu salaud
et même si c'est pas assez
quelques pensées qui s'enveloppent de vous
quand nos lèvres ne se touchent pas
des millimètres à en crever
il m'a donné un corps à foutre sous le vent
qu'on dit mauvais
cette caresse sur les nerfs tendus bleus vifs
des artères longitudinales jusqu'au paradis des yeux foulés
tout de suite disparus
des paradis exigus
qui souffrent de parfums de
soufre et de satin
mais il n'a rien dit
le diable
a souri et ses mains crochues
m'entrainent dans des semaines où le vide bat son rythme affolant
de petites choses menues
à peine entrevues
des lames de couteaux rougies à planter je ne sais où
le diable m'a donné du sang à pisser près des rivières
qui coulent encore autour de nous

  Le diable m'en a donné
des rêves fumeux fumerolles filandreux
des lasers tissés entre les paupières
des éveils feuille froissée

tapage thoracique TAP TAP TAP, un souffle court
des jambes qui s'enfuient, qui fondent sous la blonde
des os qui craquent quand derrière il y a...
ô l'envie de pleurer quand on sait pas pourquoi
mais que putain, y'a un truc
caché, majestueux, hérissé de marbre coulant, aveuglant
des tâches minuscules qui parlent aux pointes noires de lumières éteintes
mon dieu! tudieu!

  une

petite musique

Ti ti di di dou dou dou

le diable m'a offert un calvaire

si doux dou dou

 

_______________________________________________

 

 

  Préface


  Je n'aurais sûrement pas grand chose à dire
de plus
que ma chair hurlante dans un brasier
qu'un général psychopathe à son petit troupeau
que cinq minutes avant mon exécution
que face au vide si enivrant
que face à un corps bien fait
au creux d'une oreille battue de boucles fines et soyeuses
l'éloquence et le foutre
une vieille histoire
notre vieille histoire

  Tout a-t-il été dit
par Boby qui aimait tant les allitérations?
par Lautréamont qui a horrifié notre bonheur

  Y a-t-il un espoir de se sentir un instant
un peu différents
de nos cou-cou-cou-coutumes d'être
d'abandonner l'ombre crasseuse qui nous tient lieu
de personnalité

  Y a-t-il une volonté réelle de trouver les concordances
la juxtaposition de nos peaux
nous qui sommes des animaux
un peu bavards, même lorsqu'il n'y a rien à dire
-la preuve!

  Je vous regarde souvent
les uns après les autres
noria de prochains
et je ne vous crache pas dessus
et je vous admire
quelque chose dans l'être, quelque chose est admirable
et je le cherche, entre les bourrelets de gras
de pudeur mal placée, de haine grotesque, d'inélégance
de lourdeur, de bégaiements...
cette vision de l'humain quelque fois s'impose
j'espère me laisser abuser encore longtemps.

  II

  Il faut chialer les enfants
c'est notre dignité, il faut chialer tant que cela est possible
avec notre face de truie
scrofuleuse de désirs, d'abcès soyeux
miteux, calamiteux de l'esprit
dans notre faible bocal ouvert en de multiples endroits.

  Ô combien j'ai aimé ma bêtise! mon inculture issue d'une longue évolution
ça c'est sûr, à l'école on nous a appris à masquer les sentiments
à faire semblant de savoir
à ne pas y voir au milieu des corps étendus
dans le cimetière citadin
qui ne devient beau qu'au soir tombant
moi je pleure par la bite
pour ensemencer d'émotions
les morts qui nous voient par en-dessous
je vous abandonne la poésie
je m'écorche
c'est pour le don d'organe
parce que bordel, j'ai rien d'autre!
des palimpsestes
je voudrai léguer mes restes, et qu'est-ce qu'on y voit dans mes ordures?
un bel enculé sans force
quia voulu lécher le génie jusque sous l'écorce
des arbres plantés dans l'azur

  J'ai mordu les pages de la vérité
j'ai bavé d'ssus
j'ai couru, couru, couru, je le jure! dans des allées sans bord
certains ont croisé ma route en sens inverse
d'autres m'ont dépassé
vous étiez peut-être là, qui sait
à me sourire parce que nous sommes dans la même galère
compassion des condamnés

  Pourquoi ce frisson sans température
sous mon tee-shirt venu du Brésil
je suis un chat gavé de figues et qui regarde le fantôme d'une souris
mes poils se dressent
comme elle est belle cette symphonie...
j'envie les gens qui parlent simple
les toits sont brûlants
même le soir sous les étoiles
et voilà j'ai encore un frisson
pardonnez-moi si je saute et que je ne sais pas voler
c'est que je suis un enfant assez idiot

  Soyez des chiens, je vous en prie
lapez ce que vous pourrez de mes boyaux
c'est gratuit, c'est gratuit
je suis un musée d'émotions indéfinies
des larmes artificielles, serait-ce le plus beau?

  Le beau, le beau, le beau, le beau
putain, je cherche
sous votre peau un frisson aussi
mais c'est la dèche, c'est la crise
des inflations mensongères
des habitations sur pilotis
déraciné
bon dieu, quelle blague!

  Le beau, le beau, le beau, le beau

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux