Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 18:47

 

  Sonnet de la haine

  Qui m'a fait mauvais, impuissant
à aimer? je n'ai de profonds
sentiments que dans le sillon
de la colère et de son chant

  Je rêve de voir sur mon visage
au travers d'un miroir humain
l'expression d'un tout doux entrain
mais ce qui m'émeut, c'est la rage!

  Qui m'a fait mauvais, c'est vous? Toi?
ou le roulis faiblard, malsain
des molles gentillesses, leurs mains

  Sales et tendues, tournées vers soi?
je ne sais qui m'a fait mauvais
mais je chéris ce coeur crevé.

 

______________________________________________

 

  Hécatombe

 

  Ma courbe ascendante promet une belle
chute
quand tous les regards
se détourneront
quand j'aurai, comme tout un chacun commis
l'impardonnable
que je ne regretterai même pas

  Heureusement je verrai alors dans le bitume brisé
de mon banal parcours
une allégorie de quelque chose de nourrissant
pour les insectes
une histoire encore à ségmenter
dans un partage
sous l'orage de nos dissemblances infimes

  Me serais-je écrasé avec la grâce qui vous est dûe
entre deux queues
au supermarché, des destins à comparer
au poids du caddie
mes amis sont au défilé Tragique
ce que
les fleuves sont aux ordures envahissantes

  Il faut bien nourrir le présent
pour ensemencer demain
ce mouvement n'est pas négociable
bien qu'irritant, à la longue
j'accepte les cartes de fidélité
les coupons-réduction, les codes
preuve ébouriffante de notre humanité

  Mes amours
sont inquiètes, et les vôtres?
la couverture est chaude
les mythes décapités
la sensation du Tout parfois capiteuse, mais ça n'explique rien
peut-être ma carcasse fertilisera
des frères nécrophages

  C'est bien tout ce que je souhaite.

 

_________________________________________________

 

  Chant de la lutte

 

  Feu
mlle

Noir esprit fiché
répercuté entre tes ellipses de rimel

bouche parenthèse couchée

revois tes thèses anciennes poupée

ton enveloppe a de quoi souffrir
quelques souffles plaisants
et secs
vifs
contre toi je conspire
des concepts malsains
de langueurs

le soleil rogne ton aura
rageur
douce caresse griffue
par monts et par vaux
imperceptible cheminement
jusqu'aux fils issus de ton cerveau
chopés

plafond!

Comme tu es ...pratique
peut-être belle
toute petite montagne
molle et parcourue
irriguée, statique
sens l'escalade délicate de la hargne

qui te repousse
la nature en dedans

les dentelles sur ta nuque
fragile
injectent, étalonent dispersent ce
venin attendu
joli chaînon autour de ton cou

Nous y
sommes
en somme, voilà

je
saccade
mes
coups
hoquets
con
tenu
mouvements
miroirs
morcelés

Nous voici en géométries cassées
opéra d'une opération
sur carrelage glacé.

Partager cet article

Repost 0
Published by ignatius
commenter cet article

commentaires

Nounedeb 07/02/2011 17:01


Salut. J'ai attendu, pour lire tranquille. Tranquille! J'aime. J'aime! quels mots inconvenants devant ta hargne et ta colère. Du lointain de ma vieillesse je retrouve là quelque chose de mon
ardente jeunesse. J'espère que tu es plus apaisé que tu ne l'écris. Tu peux creuser le sillon du chant. Improviser sur tes textes, chanter ce coeur crevé, avec tes tripes (gare aux voisins). Quand
on peut se lâcher, l'expérience peut devenir essentielle.
...De quoi je me mêle?


ignatius 07/02/2011 17:46



Tu te mêles de ce que je partage, et tu le fais avec toujours autant de délicatesse. Ahhh la question de l'âge, je me l'étais posée, sans la trouver en accord avec les convenances. Du coup:
motus. Apaisé? Non assurément, à l'intérieur je ne le suis pas, mais je le masque très bien. Disons qu'il y a une marge, presque un abîme entre l'être social et celui qui écrit de la poésie. Je
passe même pour quelqu'un de très froid, mon humour et mes emportements son maîtrisés, pas du genre à m'esclaffer de mes propres blagues.


J'essaie de chanter, bien sûr, plutôt sur des textes écrits avec le respect de la métrique que sur mes poèmes libres, j'ai trop peur de plagier Ferré autrement. Tu me diras, mes textes plus
travaillés, comme "angoissés par la lumière, nous regardions passer la nuit (...) font un peu plagiat de Thiéfaine... Sourire. Mais je chante atrocement mal de toutes façons, alors ce n'est que
pour mon propre plaisir.


Belle fin de journée, à bientôt...



Présentation

  • : Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • Digitus-Impudicus / le blog d'Ignatius
  • : Chroniques acides et amours incontrôlables. Nouvelles, poésies, roman
  • Contact

AU MENU

- Roman :    A la Connaissance de tous, Mordred le Mort-Né

 

- Nouvelles :    Table des matières

 

- Sélection de poésies :   Faites-en ce que vous pouvez

 

- Poésie (Toutes) :    Ce qu'il ne faut pas dire

 

-  Articles humoristiques : A voir en Archives, ou en liste complète d'articles

 

- Cohues : Webzine gratuit de nouvelles et poésies

Recherche

Ce qu'il ne faut pas dire

 

Taisons-le.

 

D'émaux d'où

 

Pot pourrissant et Belles Choses

 

A crever la Fortune

 

Cinq doigts itinérants

 

Sous la pluie, les mauvais sentiments

 

Image sourde

 

Des versets, des averses

 

Pizzicato sur les ligaments

 

Poèmes éhontés

 

Le mal ceint

 

Malheurs Classiques et bonheurs renouvelables

 

Motus et doigts décousus

 

Les raisons de ma colère

 

A garder pour soi

 

Regardons-la tomber en silence

 

Reflux de silence

 

A voix basse

 

Aveux impossibles et deux sonnets

 

Organes à étaler

 

Gardons-le pour nous

 

Poisson moisi

 

Cause organique du Mystère

 

Cinq points de suture

 

Mots qui ne trouvent pas l'oreille

 

Face à l'abreuvoir de lumière fade

 

Chemin de l'Affreux Paradis

 

Devant l'ombre de la Perfection

 

Sous peine d'en avoir

 

Joie sans cause

 

Montagne et décadence

 

Six pièces en forme d'échecs

 

Trois fois rien

 

Un sonnet, un hommage et une merde

 

Crépuscule et feedback

 

Deux raisons de vivre

 

Tous comptes rendus

 

Papa et maman ont baisé (sans raison apparente)

 

Manifeste foutatif suivi de trois documentaires

 

Triple effort de guerre

 

A penser à part soi

 

Coming out

 

Apocalypse

 

Hécatombe de regards sous la lune invisible

 

Humains, trop humains

 

Paroles dominicales

 

Renaissance quotidienne

 

Une vie de merde

 

Interrogatoire des âmes

 

Trinité d'une finalité

 

Luttes intestines

 

Effroi lancinant du bien-être

 

Elégance

 

Aller-retour

 

Aveux spontanés

 

Balade immobile dans Babylone

 

Epure

 

Des vies seconde

 

Bluette cuisante

 

CyberLove

 

Réponse à Houellebecq, et à d'autres

 

Les phrases

 

Eau de vie

 

Rupture

 

Ex perfecto nihil fit

 

De petites histoires

 

Eternité

 

Mais la lune...

 

Dépouille

 

Sonnets fantaisistes

 

Deux poèmes métaphysiques

 

Souvenir du présent

 

Grave Bêtise

 

Scénettes ferrovières

 

Oreille cherche musique

 

Simple comme une rivière (triplement sonné)

 

Miroir maritime

 

Concert sans fin

 

Je suis Madame Bovary

 

Buvez-moi (6 intros et 7 sonnets)

 

Vous

 

L'étoile des toilettes

 

Retour de boîte

 

Hommages

 

Le diable, le ciel et les hommes

 

Beauté des échecs

 

La nuit n'en a jamais fini

 

Un matin, une journée, une nuit, une vie, enveloppés d'une malédiction

 

Chansonnette, plus un machin

 

Des minutes, des myriades

 

Voyez ce violon

 

Après

 

1

 

Découverte des astres

 

Cent matins

 

Dissertation

 

L'émoi c'est toi

 

Demi-poème

 

Supplique

 

Tarentelle d'Avignon

 

La belle hécatombe (miroir maritime II)

 

La bande du Big Bang

 

Duende

 

Strange fruit

 

Soumission

 

Nos agapes

 

Tentative de cosmogonie

 

Lourd et léger

 

Hija de punta

 

Ca va, ça va, ça va aller

 

Love letter

 

Looking fort he next rain

 

Partition poétique pour Gnossienne n°1

 

Home sweet home

 

Sonnet sépulture (mignonne)

 

El murmullo silencioso

 

Tentative de Tristesse

 

Las huellas sutiles

 

Partition poétique pour Gnossienne n°4

 

365 jours à regarder des photos

 

Toujours les mêmes...

 

Hommage à I.D

 

Etude n° 827

 

Inquitétude contemporaine sans Dieu

 

L'éphémère

 

Ainsi soit-il

 

Quelques minutes de bonheur

 

Hyperalgie de l'âme

 

window on your world

 

Je suis un constructeur de voitures

 

La marche pathétique

 

Derniers vers

 

Post-apocalypse

 

Saints-Sacrements

 

Particules

 

Combat perpétuel...

 

Une belle journée

 

Goutte dans l'océan

 

Passé, présent, futur...

 

Nous

 

Scène de 18h00

 

Long temps

 

PIOU PIOU

 

Dans la poussière

 

Aucun

 

La victoire ou la mort!

 

En un combat douteux

 

Vagabondage mélancolique

 

Hygiène de la solitude

 

Méthode pour un optimisme réaliste

 

Pile et face

 

Roulez, jeunesses

 

Bilan

 

La belle au béton dormant

 

Vision

 

Tout est parfait...

 

Comme toujours, comme souvent

 

Les amants de Maldoror

 

Zeus révélé

 

Face aux abysses

 

Dilution nocturne

 

...

 

Jadis, j'ai essayé

 

Douleur du retour

 

Echec

 

Prose du mécréant

 

Eros et thanatos?

 

Au-dedans

 

Rencontre solitaire

 

Ad libitum

 

en tous cas

 

Un soir entre potes

 

Romance

 

A hurler dans la foule

 

Je crains de tout détruire dans un accès de lucidité

 

Il le fallait

 

De l'inconvénient de se réveiller

 

Le jour est monté

 

Décalage vers le froid

 

Quarantaine

 

Au-dehors, en-dedans

 

Le mal des aurores

 

Western

 

Ici et là-bas

 

Considérations peu utiles

 

Papillote amère

 

Tragédie avec fin heureuse envisageable

 

Les consolantes

 

Nocturne Eden

 

Parenthèse

 

Iles

 

Je ne sais plus rien

 

Bêtise

 

Arrose l'orage

 

Idéal

 

Eternel retour

 

Circuit fermé

 

Nuit de bitume

 

Et tu l'as injuriée?

 


Jeuxplus

jeux